Vivre les Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 grâce à la 5G

Cadre dirigeant chez Intel et experte en télécommunications, Sandra Rivera continue à repousser les limites avec son équipe mondiale chargée de la construction du premier réseau sans fil pour les Jeux Olympiques de PyeongChang 2018.

Au début de sa carrière, en tant qu’hispano-américaine dans le secteur des télécommunications dominé par les hommes, Sandra Rivera s’est souvent sentie sous-estimée. Pourtant, au lieu de se décourager, elle a décidé de transformer cette situation en un défi positif.

« J’allais tout faire pour me préparer davantage, mieux connaître mes clients, mes produits et la concurrence, écouter plus attentivement, comprendre plus clairement les besoins et objectifs de croissance d’une entreprise », déclare Sandra Rivera.

« S’ils avaient des aspirations modestes, j’allais me surpasser et les époustoufler. »

L’expertise de la jeune femme en matière de technologie, son écoute de la clientèle et sa détermination l’ont amenée au premier plan de l’industrie des télécommunications, qui connaissait alors le déploiement des premiers réseaux sans fil et l’accélération des communications grâce à la puissance informatique. Elle était ainsi bien armée lorsque la connexion Internet est passée de la liaison RTC traditionnelle au haut débit fixe, puis avec la construction de réseaux sans fil connectant des milliards de personnes dans le monde.

Sandra Rivera
Sandra Rivera amène la 5G aux Jeux Olympiques d’hiver.

Pendant ce parcours, elle est restée proche de ses racines colombiennes, tout en créant sa propre famille et en élevant quatre enfants. En 2015, le magazine Working Mother l’a nommée « Working Mother of the Year ». En 2017, elle a intégré le classement des « Top 10 Latina Corporate Executives of the Year » du magazine Latina Style.

Aujourd’hui, en tant que vice-présidente senior et directrice générale du groupe Network Platforms Group d’Intel, elle s’est fixé une mission qui met à contribution tous ses talents : amener la technologie sans fil 5G aux Jeux Olympiques d’hiver PyeongChang 2018.

Pour respecter la date de lancement prévue pour la 5G (2020 ou avant), Sandra Rivera et une équipe composée de divers talents Intel collaborent avec d’autres leaders de l’industrie pour tester des technologies 5G partout dans le monde. Des essais ont déjà été réalisés au Japon et en Estonie.

[Read: 5G Wireless Tech Races to PyeongChang 2018]

Aujourd’hui, elle dirige une équipe et travaille avec les partenaires de l’écosystème pour réaliser des démonstrations d’installations 5G en Corée du Sud pendant les Jeux Olympiques de PyeongChang 2018.

La 5G aux Jeux Olympiques : Sauteur à ski observable grâce à la puissance de la 5G
Aux Jeux Olympiques d’hiver, la 5G créera des expériences de retransmission immersives pour les spectateurs présents en Corée du Sud.

« Nous offrons aux spectateurs des moyens plus immersifs de vivre les Jeux Olympiques, qu’ils y assistent en personne ou se trouvent à l’autre bout du monde », explique Sandra Rivera.

« Après les Jeux Olympiques, nous voulons montrer comment cette technologie enrichira vraiment notre quotidien. »

La 5G aux Jeux Olympiques

En collaboration avec KT Corporation, premier opérateur de télécommunications de Corée du Sud, Sandra Rivera dévoile qu’Intel proposera le premier réseau 5G à grande échelle aux Jeux Olympiques. Selon elle, ce réseau illustrera les performances élevées, la fiabilité et les différentes utilisations de la 5G au cours d’un événement impliquant un trafic élevé et dynamique.

L’équipe 5G d’Intel testera les interactions de différents appareils avec la nouvelle technologie réseau, laquelle est nettement plus rapide et permet de transmettre beaucoup plus de données, avec une latence sensiblement inférieure, que les réseaux 4G actuels.

Sandra Rivera précise que les spectateurs auront la possibilité de plonger au cœur des épreuves sur place par le biais d’une série d’expériences rendues possibles par la 5G, notamment : streaming de vidéos à 360 degrés, réalité virtuelle et réalité augmentée. Ils pourront par exemple voir les athlètes et compétitions sous différents angles ou contrôler les rediffusions, profitant ainsi d’une expérience plus personnelle des Jeux.

De même, les athlètes pourront capturer une multitude de données pour améliorer leurs résultats. Ils pourront par exemple observer et analyser des variables comme le style et la vitesse sous divers angles, ou encore analyser l’effet de facteurs externes tels que la température, les conditions de neige et de glace.

Les Jeux Olympiques d'hiver possèdent le premier village 5G
Les spectateurs des Jeux Olympiques découvriront en avant-première comment la faible latence de la 5G améliore les expériences immersives.

Omni View, service de retransmission en direct d’une sélection de vues à objectifs multiples, fournira des données biométriques à propos des athlètes à l’écran, permettant aux spectateurs de choisir l’angle de vue des rediffusions.

« Nous voulons montrer ce que l’on peut réaliser grâce à la bande passante très élevée, la latence très faible et la puissance de calcul quasi-illimitée associées à la 5G », confie Sandra Rivera. « Nous voulons que les gens se rendent compte à quel point le futur sera centré sur les données et comment nous pouvons transformer ces données en valeur. »

Transformer le secteur des télécommunications

Sandra Rivera s’implique depuis longtemps dans ces technologies révolutionnaires.

Après avoir obtenu un diplôme en génie électrique à l’université d’État de Pennsylvanie, la jeune femme a décroché un emploi chez Westinghouse puis chez Dialogic, avant de cofonder la startup The CTI Authority, acquise par la suite par Scansource.

Selon Sandra Rivera, c’était le moment opportun pour travailler dans le secteur des télécommunications.

« La désintégration de Ma Bell dans les années 1980 a engendré beaucoup plus de concurrence sur le marché et l’introduction de nombreux nouveaux services », se souvient-elle.

« Au cours des deux dernières décennies, le paysage de l’industrie des télécommunications s’est considérablement transformé. Les réseaux sont désormais considérés comme un problème informatique, marché sur lequel Intel excelle. »

Les ordinateurs permettent le traitement rapide et fiable de vastes quantités de données, ainsi que l’automatisation de nombreuses tâches.

En évoluant, l’informatique a apporté des solutions technologiques aux problèmes du quotidien.

Pour Sandra Rivera, l’introduction de technologies qui effectuent des tâches courantes, libérant ainsi les humains pour qu’ils se concentrent sur des projets plus créatifs ou utiles, représente l’une des transformations les plus importantes.

« Les tâches répétitives à faible valeur ajoutée auparavant effectuées par des personnes ont été automatisées et informatisées », commente Sandra Rivera. « Par exemple, un service aussi simple que le paiement du péage sur l’autoroute a été automatisé grâce à une technologie capable de lire les plaques d’immatriculation ou à un transpondeur qui facture automatiquement les usagers. »

Les technologies qui sauvent des vies ont un impact encore plus profond.

Aux Jeux Olympiques, la technologie 5G peut sauver des vies
Sandra Rivera est persuadée que la technologie 5G peut changer des vies.

« Pensez aux drones et aux possibilités qu’ils offrent dans les opérations de recherche et sauvetage, ou à une voiture connectée qui supprime les accidents dus aux erreurs humaines », poursuit Sandra Rivera. « Ou encore, songez à l’intelligence artificielle et à la façon dont elle permet de retrouver des enfants disparus grâce à la reconnaissance faciale. »

Sandra Rivera considère que la 5G représente vraiment la convergence entre informatique et communications. Pour elle, ce sont ces innovations, ainsi les opportunités d’apporter des technologies révolutionnaires comme la 5G pour améliorer notre quotidien, qui rendent son travail passionnant.

Perspectives d’avenir

Malgré son sentiment d’être sous-estimée au début de sa carrière, Sandra Rivera veut plus que jamais encourager les jeunes à dépasser leurs propres attentes pour affronter l’avenir.

« J’explique aux jeunes, en particulier aux jeunes femmes et aux minorités sous-représentées, que l’époque pousse à être optimiste. Quelles que soient les difficultés, elles sont toujours là et nous devons faire plus en termes d’inclusion et de diversité, la situation s’améliore. »

Sandra Rivera se décrit comme une personne qui voit toujours le verre à moitié plein. Elle est persuadée que tout est possible et que tous les objectifs sont réalisables, en particulier lorsque les gens travaillent ensemble.

« Si vous voulez aller vite », conclut-elle, « travaillez tout seul. Si vous voulez aller plus loin, travaillez ensemble. »

Partager cet article

Read Full Story