Streamer : faire de sa passion du jeu vidéo son métier

A l’instar des programmes de télévision qui sont diffusés via Internet, les passionnés de jeux vidéo peuvent aussi partager en direct leurs parties avec les spectateurs, ce sont les streamers ! Cela est possible notamment grâce à la plateforme Twitch.tv associée au logiciel XSplit qui traite le flux vidéo transmis.

 

Le streaming, qu’est-ce que c’est ?

Le streaming est connu surtout dans le monde de l’e-sport. Les compétitions sont retransmises sur Internet pour qu’elles puissent être regardées par les spectateurs depuis leur ordinateur, tablette, smartphones et même les téléviseurs connectés. Mais cette activité a été, au fil du temps, accaparée par les passionnés de jeux vidéo. C’est ainsi que depuis quelques années des personnalités connues dans ce domaine et même des joueurs amateurs se sont lancés dans le streaming pour partager leurs parties et interagir avec leurs « Viewers » (terme employé pour désigner les spectateurs). Pour une majorité d’entre eux qui s’est lancée dans l’aventure, cette activité reste secondaire qui s’exerce généralement le soir après la journée de travail.

Les compétitions e-sport sont retransmises en streaming comme le prochain tournoi Intel Extreme Masters (IEM) qui se déroulera les 18 et 19 novembre 2017.

 

Les joueurs en herbe diffusent ainsi leur session de jeu en solo ou avec des amis et discutent en direct et de vive voix avec leurs spectateurs. Ces derniers peuvent, par ailleurs, interagir avec le streamer grâce à la fonction tchat dédiée. Cela créé une relation de proximité entre les deux partis et permet notamment de poser des questions, d’aider le streamer à résoudre des énigmes dans certains jeux. Cela fonctionne aussi et surtout dans l’autre sens quand le streamer aide les spectateurs à comprendre des mécaniques, résoudre des problèmes avec une démonstration en direct. Le streaming devient alors une activité sociale très intéressante.

 

Streamer : un nouveau métier ?

D’autres en n’ont fait leur métier à part entière. Certains streamers indépendants ont même créé leur micro-entreprise pour exercer à plein temps cette activité vidéoludique. Ce n’est certes pas la panacée mais la plateforme twitch.tv, qui est la plus connue, permet au streamer de se rémunérer grâce aux différents types d’abonnements auxquels peuvent souscrire les spectateurs. Bien entendu, une partie des revenus est partagé avec la plateforme de diffusion.

C’est ainsi que certains streamers sortent du lot grâce à leur sens inné pour l’animation et la communication. Dès lors, les éditeurs de jeux vidéo les sollicitent pour faire découvrir en avant-première des titres qui sont en cours de développement (phase Alpha/Beta), ce qui permet en retour de connaître l’avis des spectateurs et ainsi apporté des modifications, corrections à leur jeu. Cet aspect est, d’ailleurs, de plus en plus présent et reste une des manières les plus efficaces pour créer le battage médiatique autour d’un nouveau titre annoncé.

 

Le streaming : comment ça marche ?

Si « streamer » est une activité très intéressante et passionnante, il faut posséder les outils nécessaires pour diffuser en direct et ce dans une bonne qualité. La première chose évidente est d’avoir une bonne connexion Internet. Le flux vidéo transmis étant important, il sera fortement conseillé de disposer d’une connexion haut débit voire très haut débit grâce à la fibre optique.

Ensuite, il faut choisir la plateforme à travers laquelle on diffusera ses sessions de jeu. La plus connue et répandue reste sans conteste Twitch.tv. Cette plateforme réunit des milliers de streamers à travers le monde qui diffusent tous types de jeux (FPS, MOBA, RTS, MMO, RPG, etc.). Il y en a pour tous les goûts. A noter que même les éditeurs de jeux ont leur chaîne pour diffuser en direct des événements ou annonces importantes. Pratique, Twitch dispose d’une fonction « replay » qui permet de visionner un « stream » que l’on aurait raté.

Twitch.tv est la plateforme par excellence pour diffuser les sessions de jeux et interagir avec les « viewers ».

Pour diffuser, il faut également un logiciel qui va se charger de capturer et encoder le son et l’image pour la transmettre dans la meilleure qualité possible. Ici, c’est XSplit l’outil adapté et le plus utilisé par la communauté des streamers. Sa particularité est d’être optimisée pour les processeurs multicœurs comme la gamme Core i. Comme l’explique Antoine Alféro de chez Intel, « les développeurs de XSplit ont travaillés en étroite collaboration avec Intel pour que le logiciel tire au mieux parti des spécificités de nos processeurs ». Il ajoute : « La majorité des jeux actuels n’utilisent au maximum que 4 cœurs, par conséquent, avec notre huitième génération de processeurs Core i5 et i7 dotés de 6 cœurs, xSplit va s’appuyer sur les deux cœurs supplémentaires pour améliorer le traitement de l’image et permettre une diffusion de meilleure qualité sans dégrader les performances du jeu ». L’idée globale est de jouer, streamer et enregistrer ses sessions de jeu sans aucun compromis.

xSplit se charge de capturer, encoder et envoyer le son et l’image pour la diffusion. Il assure également la gestion des scènes en permettant des fondus et des transitions.

La configuration nécessaire pour streamer peut varier puisqu’il est possible aujourd’hui de streamer avec un ordinateur portable ou de bureau dépourvu de carte graphique dédiée. « Dans ce cas, XSplit va pouvoir utiliser la partie Intel® Quick Sync Video présente sur la section graphique (GPU) intégrée du processeur pour offrir la meilleure performance possible », précise Antoine Alféro. C’est particulièrement intéressant pour streamer des « petits » jeux.

 

Au final, « streamer » est une nouvelle manière de partager sa passion du jeu vidéo avec d’autres. C’est aussi un moyen de créer une communauté de joueurs avec qui on peut échanger. Le streaming est accessible à tout le monde si l’on dispose du matériel et d’une connexion Internet adéquats.

 

Jean-Luc Marianna

Partager cet article

Read Full Story