StartUp for Kids : les technologies de l’éducation à l’honneur

Le troisième salon Startup for Kids se tiendra les 18, 19 et 20 novembre 2017 à l’école 42 à Paris : 27 startups seront réunies pour montrer ce que les technologies peuvent apporter à l’éducation. A cette occasion, nous avons rencontré Sharon Sofer, la fondatrice de StartUp for Kids.

 

Ces trois jours d’ateliers, de rencontres et d’échanges permettront de découvrir et de tester les innovations pédagogiques et numériques de demain, mais également de réfléchir au futur de ces « Ed Tech ». Sharon Sofer, la fondatrice de StartUp for Kids, constate les progrès faits depuis la création de l’événement, il y a deux ans.

 

IQ : Peut-on considérer qu’il y a un vrai marché des technologies de l’éducation ?

Sharon Sofer : Nous en sommes encore loin ! Les choses avancent, la profession commence à s’organiser. Un fonds d’investissement européen dédié à l’éducation vient d’être créé… Mais il y a encore beaucoup d’évangélisation à faire : les Ed Tech ne sont pas encore entrées dans les habitudes. Il n’y a pas de porosité entre les innovations qui existent et ce qui est vraiment utilisé à l’école ou à la maison.

 

Sharon Sofer, la fondatrice de StartUp for Kids
Sharon Sofer, la fondatrice de StartUp for Kids

La France est-elle pionnière dans ces technologies ?

La France est bien positionnée dans tout ce qui concerne les technologies liées au soutien scolaire. Mais elle est bien moins développée que les pays nordiques ou les Etats-Unis en ce qui concerne l’innovation ! Il est difficile de développer les technologies à l’école car, bien souvent, le corps enseignant est assez réticent face aux nouvelles technologies. Et l’Education Nationale manque cruellement de possibilité pour former les professeurs. Il faut repenser en profondeur les méthodes d’enseignement… Enfin, entrer à l’école est compliqué pour les startups car il faut à la fois convaincre les enseignants qui seront les utilisateurs et les collectivités qui sont en charge des budgets. Il y a beaucoup de choses à faire mais pour l’instant, les initiatives restent majoritairement confidentielles.
L’entrée du coding au programme est très importante car elle permet d’inscrire l’importance de cet apprentissage mais il faudra de la patience avant que l’apprentissage de la programmation soit quelque chose de concret pour tous les élèves !

 

Pourquoi avoir lancé un salon sur les startups dédiées à l’éducation ?

L’idée était de mettre l’accent sur de nouvelles façons d’apprendre grâce au numérique. Comme pour d’autres secteurs, le numérique est amené à bouleverser l’éducation : par exemple, la machine peut repérer très tôt les difficultés de l’enfant ce qui permet à ‘enseignant d’y remédier de façon plus ciblée. Mais ces solutions nouvelles ne sont vraiment pas encore assez connues.

Le salon, qui fonctionne beaucoup avec des ateliers, permet aux enseignants comme au grand public de tester, et souvent faire essayer permet de convaincre. Il y a en tout cas une véritable demande : les places destinées aux scolaires sont parties très rapidement ainsi que les inscriptions des élèves au « hackaton »…

StartUp for kids
StartUp for kids

27 startups montreront leurs produits et leurs services. Nous avons voulu mettre en avant ce qui se fait de mieux pour l’éducation en primaire et au collège. Afin de démocratiser au maximum ces technologies, nous sommes aussi présents tout au long de l’année à travers d’autres événements comme nous l’avons fait avec Future en Seine en 2017. Nous voulons être présents sur toutes sortes de thématiques afin de montrer que l’éducation a sa place partout….

De plus, si Startup for Kids s’adresse aux 6-14 ans, à leurs parents et à leurs enseignants, nous avons également mis en place un événement pour les 14-20 ans baptisé Demain commence aujourd’hui. Ce sont des journées de créativité pour rendre les jeunes acteurs de leur futur en imaginant les produits et les métiers de demain.

Demain commence aujourd'hui
Demain commence aujourd’hui

 

StartUp for Kids : à L’école 42, 96 boulevard Bessières, 75017 Paris. 18 au 20 novembre 2017.

 

Nathalie Bloch-Sitbon

Partager cet article

Read Full Story