Aux limites de l’innovation

Sila Sveta parle de rayons laser, de mappage vidéo et d’art génératif du futur

 

La technologie de mappage vidéo actuelle permet de transformer quasiment n’importe édifice en objet d’art. Il suffit d’une équipe de designers experts et d’un équipement de projection haut de gamme. Comment fonctionne-t-elle ? Nous avons discuté avec Denis Astakhov, PDG du studio Sila Sveta, qui s’est fait un nom dans l’industrie de la projection lumineuse, en Russie et à l’étranger.

Denis Astakhov est originaire de Saint-Pétersbourg, où il a étudié les technologies laser à l’université ITMO. En 2008, il a rejoint une entreprise travaillant dans l’intégration de systèmes. Depuis, sa carrière implique des projets high-tech de nature intégrée.

Le studio Sila Sveta lui correspond en tous points. « Il allie curiosité, chutzpah et la bonne dose de folie », déclare-t-il.

denis

Illuminer la banlieue triste de Moscou

Le studio a été fondé par deux partenaires : Aleksandr Us et Aleksey Rozov. « Leur rêve initial était d’illuminer la banlieue triste de Moscou avec des projecteurs de diapositives qu’ils avaient importés de Chine », explique Denis Astakhov. « Malheureusement, leur idée d’installer des publicités lumineuses permanentes n’a pas pu voir le jour à cause de restrictions imposées par les législateurs russes. »

Très vite, Lev Levinson, metteur en scène basé à Saint-Pétersbourg, a contacté le duo et leur a montré comment utiliser leur équipement pour organiser des spectacles dans des festivals urbains.

Leur premier projet indépendant fut un spectacle lumineux à la tour de radio-télédiffusion Ostankino à Moscou en 2007, reproduit un an plus tard, le 9 mai, en même temps qu’une autre projection sur le musée de la grande guerre patriotique situé sur le mont Poklonnaïa. Sila Sveta a vraiment commencé à décoller en 2011, lorsqu’il a étendu ses activités dans le domaine du mappage vidéo et a remporté un prix au festival Circle of Light de Moscou.

Le studio emploie actuellement 50 personnes dans ses deux bureaux de Moscou et Los Angeles. Il gère en moyenne neuf projets par mois et réalise environ 20 % de son activité sur le marché international.

04s

Le projet de mappage vidéo qui a tout changé

Un projet se démarque des autres. En 2011, quand toute l’industrie se focalisait uniquement sur des effets spéciaux qui donnaient l’illusion que les bâtiments s’effondraient ou brûlaient (puis reprenaient leur forme d’origine), Sila Sveta s’est fait remarquer avec une installation unique au Manège de Moscou.

Le spectacle du Manège entremêlait « l’histoire thématique du bâtiment avec une bande-son de musique hip-hop », explique Denis Astakhov. « Je pense que c’est à partir de ce projet que les gens se sont intéressés à nous. »

Après le Manège, le studio a créé sa première installation permanente au magasin Central Children sur la place Loubianka.

« En plus des nombreux casse-têtes techniques auxquels nous avons dû faire face », révèle Denis Astakhov, « le contenu constituait également un défi. Notre résumé de cinq minutes de l’histoire de la Russie devait être suffisamment intéressant pour que les enfants et leur famille se déplacent de loin pour venir le voir. »

« Aleksandr Us, notre directeur de la création, propose souvent des idées ambitieuses discutées par toute l’équipe, développées et graduellement concrétisées. Le spectacle Lac des cygnes que nous avons projeté sur la façade du théâtre du Bolchoï est le résultat de l’une de ces idées et a nécessité deux ans de travail. »

Ces spectacles lumineux ne sont pas simples à mettre en place. Lorsque l’équipe de Sila Sveta a trouvé une idée de base et un bâtiment adapté, ses ingénieurs mesurent les dimensions de l’édifice et réalisent une étude photographique. Parfois, ils effectuent un balayage laser afin d’obtenir un modèle 3D précis et de choisir le bon équipement de projection.

« Une fois cette étape terminée », poursuit Denis Astakhov, « notre équipe de créatifs travaille sur le script. Le directeur de la création détermine un scénario global, le directeur artistique choisit un concept visuel et stylistique, tandis que le superviseur identifie des solutions techniques. Ensuite, le directeur artistique élabore le storyboard du spectacle, qui intègre les principales décisions stylistiques, les effets spéciaux et un calendrier. »

01s

De l’ébauche de l’animation au spectacle final

« Le directeur artistique et nos artistes s’appuient sur ces éléments pour les style frames, c’est-à-dire les scènes les plus importantes et spectaculaires, qui définissent une référence de qualité pour tous nos designers. La tâche suivante consiste à produire une ébauche d’animation pour tout le spectacle, qui servira de base à l’intégration de plus en plus de détails. »

« Ensuite, le superviseur distribue des sections individuelles du script à nos designers. Un designer travaille normalement sur une seule scène du scénario, du début à la fin. Le directeur de l’animation rassemble ensuite les scènes dans un seul fichier. Nous répétons tous ces processus à plusieurs reprises pendant plusieurs semaines, jusqu’à ce que la version finale du fichier vidéo soit disponible en extra-haute résolution. »

Durant la période de préparation d’un show, l’équipe technique de Sila Sveta installe son équipement sur le lieu du spectacle et télécharge le fichier sur ses serveurs multimédia. L’adaptation de la projection à l’architecture de l’édifice est une tâche quasi-manuelle qui doit être réalisée sur place. À l’issue de toutes ces étapes, il ne reste qu’à appuyer sur le bouton Lecture.

svet_03

Rester connecté grâce à un 2 en 1

La communication constitue la clé d’un projet réussi, et Denis Astakhov doit être connecté 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à la fois en ligne et hors connexion pour vérifier et commenter les tâches de ses collègues.

« Je me suis rendu compte qu’un 2 en 1 avec processeur Intel représente l’outil idéal pour cela », explique-t-il, « car il m’offre tous les avantages de la mobilité, un accès facile aux logiciels et une productivité remarquable. [Un 2 en 1] me permet de m’installer confortablement pour travailler à l’endroit où je me trouve. Qui plus est, je peux utiliser le même appareil chez moi ou au bureau avec un écran externe, pendant les réunions avec les clients et même en avion ou dans un taxi. »

Pour Denis Astakhov, l’art génératif représentera la prochaine avancée en matière de technologies de mappage vidéo. Ce terme fait référence à une œuvre créée sans intervention directe de l’artiste. Jusqu’à présent, les graphismes génératifs se limitaient à des abstractions en 2D, mais la puissance de traitement offerte par les ordinateurs actuels permet de créer des univers 3D magiques en temps réel.

« Ces développements ont été intégrés au projet que nous avons réalisé pour l’ouverture du Porsche Sports Car Center », précise le PDG de Sila Sveta. « Les graphismes ont été générés en temps réel comme une visualisation de la musique jouée par l’orchestre des Virtuoses de Moscou de Vladimir Spivakov. »

Où cela nous mènera-t-il ? À quoi ressemblera l’avenir de la technologie de mappage vidéo ?

« Nous attendons avec impatience la commercialisation d’appareils de projection hautes performances compacts avec une résolution supérieure », poursuit Denis Astakhov. « Nous pourrons ainsi utiliser nos stations de travail pour des visualisations encore plus complexes. Le public remarque notre utilisation de nouveaux sujets et techniques. »

« Nous sommes très reconnaissants que les sociétés qui fabriquent les outils que nous employons tiennent compte de nos remarques et accordent une attention particulière à la façon dont ces technologies sont utilisées dans la pratique. Elles jouent ainsi un puissant rôle de moteur pour toute l’industrie. Je suis persuadé que la portabilité et la puissance de notre équipement nous aideront à enchanter encore plus de spectateurs avec nos magnifiques installations dans différentes villes du monde entier. »

02s

 

Partager cet article

Thèmes associés

Divertissement

Lire ensuite

Read Full Story