Aux limites de l’innovation

Santé sous haute surveillance au CES 2018

Dossier médical électronique, capteurs de sommeil ou surveillance rapprochée, les innovations technologiques côté santé étaient nombreuses encore cette année à au CES à Las Vegas. Un univers qui, au-delà des capteurs gadgets, facilite la vie des patients.

 

Le carnet de santé numérique de La Poste

Le dossier médical numérique se concrétise avec un acteur bien connu du grand public : La Poste. Sa filiale Docapost propose l’application « La Poste eSanté », destinée aux patients et aux professionnels de la santé. Elle regroupe les données collectées par les objets connectés du patient comme un tensiomètre ou une pompe à insuline et peut envoyer des alertes, si nécessaire. L’application permet surtout de mémoriser tous les paramètres médicaux des malades et de les transmettre aux médecins facilement. Ce carnet de santé numérique a vocation à devenir un outil précieux de surveillance et de prévention, notamment dans les déserts médicaux. Livrés par les facteurs, il sera également mis en route et expliqué par les agents postaux qui bénéficient d’un lien de proximité avec les utilisateurs.

 

Immersive Therapy soulage les acouphènes

Une startup bretonne s’est penchée sur le problème des acouphènes et a imaginé un serious game pour les détecter et les soulager. Appelé Diapason, le jeu réalise ainsi un audiogramme et propose un « traitement » à base de jeux sonores.

 

 

Diabeloop simule un pancréas artificiel

Lancé en 2011, le projet Diabeloop était au CES pour présenter sa solution intégrée pour mieux gérer le diabète de type 1. Diabeloop a créé un objet connecté qui joue le rôle de pancréas artificiel grâce à un algorithme. Il analyse ainsi en continu le sang du patient pour lui administrer automatiquement l’insuline dont il a besoin. Le dispositif est composé de trois parties afin de reproduire les fonctions du pancréas. Un capteur de glycémie envoie les données à un terminal intelligent qui détermine la meilleure dose d’insuline à envoyer à la pompe connectée. Les données sont envoyées en parallèle à un service de suivi afin d’améliorer le traitement sur le long terme. Après des tests cliniques en 2014 et une étude en conditions réelles en 2017 Diabeloop devrait être lancé en 2018.

Diabeloop
© Dexcom

 

Une meilleure qualité de sommeil

Les problèmes de sommeil touchent tous les Français et les startups sont nombreuses à vouloir les résoudre. Nokia propose ainsi son capteur baptisé « Nokia Sleep » à glisser sous le matelas. Il analyse ainsi les habitudes de sommeil et les phases de la nuit à l’aide de six critères : durée, interruptions, profondeur, régularité, temps d’endormissement et temps de réveil. Les résultats sont visibles sur l’application Nokia Health qui pourra aussi donner des conseils personnalisés pour mieux dormir.

 

Toujours pour mieux dormir, la startup Rythm intrigue avec son bandeau haut de gamme (500€ !). Baptisé Dreem, ce bandeau utilise biofeedback et neuromodulation pour surveiller, analyser et améliorer le sommeil. Des capteurs mesurent ainsi en temps réel l’activité cérébrale, la fréquence cardiaque et respiratoire et les mouvements. Dreem cache un cœur électronique autonome qui fonctionne sans Bluetooth ni Wifi pendant la nuit. Le bandeau utilise le son transmis par conduction osseuse pour passer du front à l’oreille interne. Une fois entré en sommeil profond, l’utilisateur reçoit dans le cerveau un certain type de son inaudible – appelé bruit rose– destiné à améliorer la qualité du sommeil.

 

Cécile Dard

Partager cet article

Read Full Story