Éducation

Safer Internet Day 2018 : combattre les fake news

Rumeurs, propagande, théorie du complot : comment trier le vrai du faux sur Internet et sur les réseaux sociaux ? Une vraie question sur laquelle se penche le Safer Internet Day 2018, Journée pour un Internet Plus Sûr, initié par la Commission européenne et étendu à une trentaine de pays, le 6 février prochain.

 

Facebook, Twitter, YouTube… Les jeunes s’informent plus avec les réseaux sociaux qu’avec les journaux, la télévision ou la radio ! Mais tout n’est pas toujours vrai dans le monde du virtuel et c’est bien souvent par ce biais que se répandent les fausses informations ! Si les fake news ne sont pas une nouveauté, le phénomène s’est accentué depuis les attentats de 2015, dans un climat de défiance vis à vis des médias traditionnels.

 

Près d’un jeune sur 2 se dit influencé par les fake news

Lors de l’élection présidentielle 2017, près d’un jeune sur 2 s’est dit influencé par les fake news selon une enquête de 20 minutes/OpinionWay réalisée en mai 2017 auprès de 973 répondants représentatifs des 18-30 ans en France. « L’information est au cœur d’enjeux économiques, politiques, sociétaux. Il est primordial que l’éducation à la détection des intox vs. Safe news se fasse dès le plus jeune âge, au niveau individuel et collectif », souligne Cécile Rousselle qui coordonne le programme européen Internet sans crainte, animé en France par la société Tralalère.

Face à ce constat, les acteurs du numérique et de l’éducation souhaitent attirer l’attention sur ce phénomène, et se mobilisent le 6 février dans le cadre du Safer Internet Day.

 

Des animations et conférences seront ainsi organisées dans différents lieux (institutions, écoles, associations…) tout le mois de février et des ateliers de sensibilisation seront aussi organisés autour de l’origine des fake news, de leurs impacts et des outils pour les reconnaître, mais aussi de la relation des enfants aux médias et leur consommation de l’actualité à l’ère des réseaux sociaux.

 

Les parents ont un rôle essentiel

Car même les jeunes enfants sont confrontés à des images et des vidéos sur Internet et sur les réseaux sociaux. Il est donc nécessaire de les éduquer à l’image et d’exercer leur esprit critique. Il est important qu’ils sachent qu’une image peut être manipulée, qu’un extrait vidéo peut être sorti de son contexte… Le rôle des parents est également essentiel pour engager la discussion et permettre les remises en question. Des guides comme « Internet, ça s’apprend » sur Internetsanscrainte.fr sont à leur disposition mais ils peuvent également se tourner vers des associations partenaires telles que Pédagojeux, Génération Numérique, Media Education, Geek Junior

Une application a par ailleurs été développée cette année, intitulé Ressource stop l’intox. Elle propose un parcours pédagogique pour encourager l’esprit critique chez les enfants par section (primaire, collège et lycée) et sera mise à disposition des médiateurs éducatifs pour animer des ateliers créatifs.

 

Environ 60 000 élèves ont participé en 2017

L’année dernière, environ 60 000 élèves et près de 2 000 parents et professeurs ont participé à plus de 1 000 événements et 50 actions dans le cadre du Safer Internet Day.

Notons également qu’en parallèle du Safer Internet Day, l’opérateur de télécommunications Bouygues Telecom a lancé un plan d’accompagnement à la « parentalité numérique », mettant mieux en valeur les outils existants tels que les systèmes de contrôle parental et développant des outils de sensibilisation aux risques des technologies dont la diffusion de fausses informations fait partie. Selon l’enquête menée par l’opérateur, en partenariat avec l’institut CSA, 93% des 12-14 ans disent avoir eu une conversation avec leurs parents concernant les dangers d’Internet, mais seuls 52% déclarent que ces derniers leur ont mis des limites et 19% que leurs parents ont installé un contrôle parental.

 

Nathalie Bloch-Sitbon

Partager cet article

Read Full Story