Innovation technologique

Regen Box ou la régénération des piles alcalines

Regen Box

Et si les piles alcalines n’étaient pas à usage unique ? Dans l’inconscient collectif, elles le sont et pourtant la Regen Box remet au goût du jour un procédé ancien qui permet de les régénérer.

 

L’obsolescence programmée peut être considérée comme une chimère par beaucoup et être une réalité pour d’autres. C’est un vaste dilemme qui oppose souvent les constructeurs et les consommateurs où ces derniers pensent que les matériels achetés sont programmés pour s’arrêter au bout d’un certain temps, dans le but de favoriser la consommation.

Cette obsolescence pourrait être aussi appliquée aux piles alcalines. En effet, pour la plupart des consommateurs, les piles alcalines ne fonctionnent qu’une seule fois et, après épuisement, direction la poubelle ou au mieux le recyclage. Et même si les usagers utilisent beaucoup les accumulateurs, la consommation de piles alcalines ne faiblit pas. De nombreux jouets en nécessitent et l’explosion des objets connectés ne risque pas d’inverser la tendance.

Pourtant, ces piles alcalines sont régénérables et c’est ce que permet la Regen Box.

Regen Box
Regen Box

 

Un peu d’histoire

Le projet Regen Box repose sur un brevet déposé par Karl Kordesch qui est tombé dans le domaine public. Ce chercheur est l’un des inventeurs de la pile alcaline sèche et fait autorité dans le domaine de l’électrochimie. Durant sa vie, il a donc travaillé dans le domaine des piles et de l’électrochimie, avec diverses inventions et brevets, et a démontré qu’il était possible de régénérer trois fois les piles alcalines classiques. Il avait même développé et commercialisé sous la marque Rayovac une évolution de la pile alcaline rechargeable 25 fois.

 

Tombé dans l’oubli

Ce brevet et cette technologie de régénération n’ont pas eu le succès escompté et sont tombés dans l’oubli. Le projet Regen Box le relance en mode Open Source et sous financement participatif. Cette Regen Box prend la forme d’un boîtier alimenté, sur secteur ou en USB, dont le concept est identique à celui des chargeurs d’accumulateurs Ni-Mh. Mais le principe de rechargement, ou plutôt de régénération, est différent. Au lieu d’utiliser une forte intensité afin de gagner du temps, ce sont des micro-impulsions qui sont utilisées pour la régénération. Ce procédé est donc plus lent que la méthode traditionnelle, mais il permet de conserver les éléments internes des piles et de régénérer les piles alcalines. Par la même occasion, la Regen Box est aussi capable de recharger les accumulateurs Ni-Mh.

Regen Box
Regen Box

 

Open Source

L’autre particularité de ce projet est d’être Open Source. Ainsi, le chargeur est construit autour d’un module Arduino dont le code est accessible. Cette ouverture est voulue afin que la communauté qui pourrait se créer autour du projet puisse effectuer des mesures et des retours sur un maximum de marques de piles afin de constituer une base des produits pouvant être les meilleurs candidats au rechargement.

 

Le projet est en cours de développement et son aboutissement pourrait, à son niveau, réduire les déchets liés à l’utilisation des piles avec une action plus ciblée dans les pays d’Afrique, très consommateurs de piles alcalines.

Partager cet article

Thèmes associés

Innovation technologique Sciences Style de vie

Lire ensuite

Read Full Story