Quand les drones s’invitent dans le secteur médical

Livreur d’organe, défibrillateur volant, livreur de médicament… et si le drone était en train de devenir un atout majeur du domaine de la santé !

 

On voit des drones partout : dans la livraison, dans les courses sportives, pour filmer des films et des concerts… mais il y a un autre domaine dans lequel ces appareils volants, de plus en plus autonomes, sont en train de gagner du terrain : c’est celui de la santé. On ne le soupçonne pas forcément, mais le secteur médical commence à souligner l’intérêt de ces engins, qui peuvent faire gagner du temps, là où chaque seconde peut s’avérer précieuse. La preuve par trois usages distincts.

 

Le drone transporteur d’organe et de sang

Le transport d’organe et de sang en vue de transplantation est un sujet épineux dans le domaine médical : même si, parfois, la distance qui sépare les deux points à relier n’est que de quelques kilomètres, avec les embouteillages et autres soucis de circulation, les équipes peuvent perdre un temps précieux.

La firme chinoise EHang a mis au point il y a quelques années un drone massif, capable de transporter une personne de manière autonome. Au fil des tests, il a finalement été décidé que le Drone 184 serait utilisé à des fins de transport d’organes artificiels aux Etats-Unis, par le biais de l’entreprise Lung Biotechnology PBC. La raison : le drone est aussi solide que fiable, et peut voyager à une vitesse de 100 km/h, sans avoir à se soucier de la circulation, le tout avec une autonomie de plusieurs heures.

Autre type de livraison : les poches de sang. Dans cette optique, on peut citer l’initiative de l’entreprise Zipline, qui développe au Rwanda un système de livraison de poches de sang par drone dans des endroits reculés du pays, difficilement accessibles. Là où des motos doivent prendre des routes accidentées pour livrer quelques poches de sang aux hôpitaux, les drones de Zipline, nommés Redline et Blueline, pourront livrer entre 20 et 200 poches d’hémoglobine dans un rayon compris entre 50 et 100 km de leur lieu d’envol. De quoi résoudre bien des problèmes dans les zones les plus reculées du globe, où l’accès au soin est très compliqué.

Mais des initiatives plus proches de nous existent aussi : c’est notamment le cas à Bordeaux, où le consortium Drones for Life teste depuis 2015 le transport de colis médicalisé en milieu urbain. Organes, tissus, sang… l’initiative est prometteuse, et malgré un peu de retard sur le planning initial, il pourrait bien s’étendre cette année à d’autres villes.

 

 

Le drone défibrillateur

A l’heure où les lieux publics français doivent être équipés de défibrillateurs, beaucoup de gens continuent à mourir d’arrêts cardiaques faute de soins rapides. Aux Pays-bas en 2014, un étudiant ingénieux, Alec Momont, présentait un « drone ambulance », capable de transporter un défibrillateur en une minute dans une zone de 12 km² après réception d’un appel de détresse. Résultat de la manœuvre ? Les chances de survie d’une personne en détresse passent alors de 8 à 80%.

Cette invention est actuellement testée en Belgique, et la technologie a fait l’objet d’une étude en Suède l’année dernière. Cette dernière souligne qu’un drone est effectivement bien plus rapide qu’une ambulance, puisqu’il arrive, en moyenne, avec 16 minutes d’avance sur le lieu d’intervention ! Seul impératif pour que le défibrillateur soit efficace : il faut que la personne qui intervient sache s’en servir efficacement. En effet, le drone ne peut pas opérer les gestes qui sauvent, tout du moins, pas encore. Il y a encore du chemin à faire, mais le « drone ambulance » pourrait bien se démocratiser dans les prochaines années.

 

 

Le drone livreur de médicaments

Si l’initiative semble moins vitale, la livraison de médicaments par drone est également une réalité. Elle est d’ailleurs déjà expérimentée à Bordeaux, mais également au Rwanda, dans les initiatives évoquées plus haut.

Mais ce type de service peut avoir sa place au quotidien, et être géré dès maintenant par des entreprises privées, à destination du grand public. Depuis 2016, UPS expérimente la livraison de médicaments par drone, principalement dans des situations d’urgence et dans des endroits reculés, notamment sur des iles où les secours mettraient bien trop de temps à arriver.

Ce qui est possible pour les situations d’urgence peut également l’être pour celles du quotidien : les drones pourraient notamment apporter rapidement des médicaments aux personnes incapables de se déplacer, ou isolées.

En somme, les initiatives en faveur des drones dans le domaine médical se multiplient, et tout le monde semble s’accorder sur la grande efficacité de ces engins volants. Il ne faudra donc pas s’étonner si les drones enfilent définitivement la blouse dans les prochaines années !

 

Audrey Oeillet

Partager cet article

Read Full Story