Aux limites de l’innovation

Projet Oxford : de la reconnaissance faciale à la reconnaissance des émotions

Marek Hoffmann Autor, Hemd & Hoodie

 

Chaque fois qu’une nouvelle technologie de reconnaissance faciale sort sur le marché ou qu’une technologie est capable de numériser et de reconnaître les visages, on a l’impression que le tollé a été savamment orchestré.

Vous vous souvenez des lunettes Google ? Elles ont fait l’objet d’une réaction particulièrement spectaculaire, puisque 72 % des consommateurs les ont rejetées pour des problèmes de respect de la vie privée. Finalement, la caméra montée sur les lunettes de Google représentait son principal atout et son plus gros inconvénient, provoquant des inquiétudes à propos d’une surveillance secrète, d’une violation de la vie privée ou de l’utilisation des données à des fins criminelles.

Pourtant, ce revers n’a pas stoppé le développement de la reconnaissance faciale par ailleurs. Plusieurs géants de la technologie y travaillent, d’Apple et Facebook à Google et Intel (en particulier avec sa caméra 3D RealSense et son logiciel True Key de gestion des mots de passe).

Microsoft affiche également des ambitions dans ce domaine, mais va au-delà de la reconnaissance faciale pour s’intéresser à la reconnaissance des émotions. La société basée à Redmond appelle cette initiative le Projet Oxford.

Une machine qui sait quand vous êtes en colère

En résumé, le Projet Oxford de Microsoft est un ensemble d’outils qui permettent à un ordinateur d’identifier des émotions sur des photos à l’aide d’une technologie de reconnaissance faciale.

Le logiciel est capable de faire la différence entre colère, mépris, dégout, peur, joie tristesse et surprise, ainsi qu’un état émotionnel « neutre ». Pour chacune de ces huit possibilités, un score compris entre zéro et un est attribué à chaque image numérisée, zéro correspondant à une absence complète d’émotion en question et un à une réponse émotionnelle solide.

Les deux photos ci-dessous montrent la technologie en action.

visages

« Nous avons été passionnés par l’intérêt de ce projet et la diversité des réponses », déclare Ryan Galgon, responsable du Projet Oxford Project.

Cette diversité occasionne d’ailleurs des désagréments. Microsoft tient à souligner que sa technologie de reconnaissance des émotions « est expérimentale, pas toujours précise ». L’outil semble produire un résultat différent pour la même photographie si elle est téléchargée dans deux tailles différentes.

Néanmoins, ce système est une machine d’apprentissage intelligent conçue pour s’améliorer (plus elle reçoit de données, meilleur est le résultat).

Dans cette optique, le système peut être entraîné à reconnaître des propriétés, traits et caractéristiques faciales spécifiques sur des échantillons d’images. Ces connaissances peuvent ensuite être appliquées à de nouvelles images et servir à améliorer la capacité du système à reconnaître ces caractéristiques en s’adaptant constamment.

Microsoft a déjà démontré l’efficacité du principe « apprendre en faisant » avec son traducteur en temps réel pour Skype ou Cortana, assistant numérique personnel de Windows 10.

Capturer les émotions dans le secteur de la grande distribution

La question consiste désormais à savoir à quoi la reconnaissance des émotions peut être utile. Après tout, on pourrait avancer que nous humains pouvons interpréter les émotions sur une photographie beaucoup plus vite et (pour le moment) de façon beaucoup plus précise qu’un ordinateur.

Ryan Galgon de Microsoft voit dans le secteur de la grande distribution une cible potentielle particulièrement importante. Il est persuadé que la reconnaissance des émotions pourrait permettre de mesurer la réponse des consommateurs face à des produits ou des publicités dans la vitrine d’un magasin.

gorlan

Ryan Galgon pense également que l’outil pourrait être utilisé avec des services de messagerie, qui pourraient recommander différentes options en fonction des expressions faciales détectées dans les photos échangées.

Pour aller encore plus loin dans ce domaine, l’outil pourrait révéler l’humeur de la personne à qui vous parlez en numérisant son visage à l’aide de la caméra d’un smartphone. Bien entendu, l’application devrait d’abord obtenir l’autorisation d’utiliser la caméra !

how old net2

Ce n’est pas la première fois que Microsoft expérimente avec la technologie de reconnaissance faciale. Vous vous souvenez peut-être de son IA HowOldRobot, qui avait pour but de deviner l’âge d’une personne à l’aide d’une photo. Vous pouvez toujours l’essayer sur le site how-old.net (attention, les résultats sont souvent très inexacts et risibles).

De même, on peut attendre des résultats mitigés de cette technologie de reconnaissance des émotions.

Mais pourquoi ne pas lui laisser une chance et vous faire votre propre opinion ? Le système de reconnaissance des émotions Projet Oxford de Microsoft peut être utilisé GRATUITEMENT. Il vous suffit de télécharger une image (d’au moins 36×36 pixels, inférieure à 4 Mo, au format JPEG, PNG, GIF ou BMP), puis d’attendre que l’outil identifie le nombre de visages et attribue à chacun un score émotionnel.

Un cadre bleu s’affiche autour de chaque visage détecté. Passez le curseur de la souris sur un visage pour voir le score d’émotion associé (arrondi à cinq décimales). Comme toujours, nous vous invitons à publier le résultat dans la zone de commentaires ci-dessous…

Photo de couverture et image 3 : Microsoft Blog
Images 1 et 2 : Microsoft — Project Oxford
Image 4 : How-old.net

Share This Article

Related Topics

Sciences

Read This Next

Read Full Story