Game On!

PGW : Le jeu vidéo français a le vent en poupe

Dishonored, Styx, Trackmania, Rayman, Absolver… La création française dans le monde du jeu vidéo a déjà conquis des millions de joueurs et ne cesse de croître. Cette année, le stand Made in France de la Paris Games Week fêtait sa 5ème édition, avec la volonté de rendre hommage aux studios des plus modestes aux incontournables.

 

Une passion grandissante

Avec 3,46 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016, le marché du jeu vidéo français ne s’est jamais mieux porté, et continue sa folle lancée. Selon une étude du SELL, le Syndicat des Éditeurs de Logiciels de Loisirs, 68 % des Français jouent au moins occasionnellement aux jeux vidéo et un Français sur deux y joue régulièrement. L’engouement pour les jeux vidéo touchent les Français de tout âge et la fréquentation du stand Made in France de la Paris Games Week en est un échantillon représentatif. Juniors, parents, seniors, chacun s’essaye aux titres proposés sur le stand.

 

Les joueurs de la Paris Games Week découvrent les titres Made in France 
Les joueurs de la Paris Games Week découvrent les titres Made in France

Les joueurs français ne sont également pas en reste en ce qui concerne la pratique de l’esport. La compétition de jeux vidéo est en effet une véritable passion pour beaucoup de fans, joueurs et spectateurs. Avec des millions de viewers dans le monde, les tournois esport ont également trouvé leur public pendant la Paris Game Week et affichaient salle comble sur le stand de l’ESWC.

 

Les plus grands reviennent au bercail

Nouveaux titres, tournois esport, rencontres avec les idoles françaises d’internet, ils étaient plus de 300 000 passionnés cette année à fouler la moquette de la Paris Games Week. Les joueurs viennent des six coins de l’hexagone pour ce rendez-vous incontournable. Car si la passion pour le jeu vidéo est forte dans la région parisienne, les autres régions sont loin d’être en reste. On en veut pour preuve les multiples entreprises et grands studios qui ont fait du jeu vidéo leur métier et qui ont pris place à Rennes, Nantes, Montpellier, Lyon, Lille…

Le géant Ubisoft a d’ailleurs inauguré un nouveau studio à Bordeaux en octobre dernier. Une aubaine pour les employés de l’entreprise qui désiraient quitter la frénésie bouillonnante de la capitale. « La France est très compétitive, elle est forte de ses talents et de ses écoles, pointe Yves Guillemot PDG d’Ubisoft, on a décidé d’ouvrir un nouveau bassin d’emploi car nous avons remarqué que beaucoup de salariés venaient du Sud-Ouest ». Le directeur affirme que cette branche du studio se concentrera sur un des blockbusters d’Ubisoft.

Assassin’s Creed Origins d’Ubisoft est le dernier succès en date du studio 
Assassin’s Creed Origins d’Ubisoft est le dernier succès en date du studio

 

Les indépendants se motivent

Outre le troisième plus grand studio mondial, la France abrite une multitude de petits studios qui vouent leur ambition à la création de petites perles vidéoludiques. S’il faut toutefois creuser un petit peu pour les trouver, certains titres connaissent pourtant un véritable succès dans le domaine du jeu indépendant. C’est le cas d’Absolver, un nouveau jeu de combat à la direction artistique époustouflante créé par les parisiens de Sloclap.

 

 

Enterre-moi mon amour, est un jeu de simulation dans lequel nous discutons avec Nour, une jeune Syrienne qui a décidé de fuir son pays et dont nous suivons le périple, Stressant, haletant mais aussi beau et poétique, Enterre-moi mon amour aborde avec brio la question de la crise des migrants et des histoires vraies des réfugiés de guerre.

Partager cet article

Read Full Story