L’avenir des équipements wearables

Nez artificiels : ces objets connectés qui font appel à l’odorat

Grand oublié de la technologie, l’odorat est probablement l’un de sens les plus complexes à exploiter dans le secteur de la high tech et des objets connectés. Depuis quelques années, des professionnels se penchent sur l’élaboration de nez artificiels et d’outils utilisant les odeurs pour conquérir un nouveau marché : le marketing olfactif.

 

Les capteurs d’odeurs, nouveaux instruments de demain

Souvent vecteur de souvenirs liés à l’enfance, la captation d’odeur suscite chez tout un chacun des sensations ou des émotions précises. Certains parfums réveillent la mémoire, d’autres la faim, ils suscitent aussi l’apaisement ou avertissent d’un danger. BOYD Sense, filiale de l’entreprise toulousaine Alpha MOS, tente d’intégrer une capacité olfactive de synthèse aux objets connectés, afin de permettre d’analyser les dangers et de détecter de potentielles maladies.

 

BOYD Sense
BOYD Sense

« Le but est de proposer de l’analyse plutôt que des éléments factuels comme le nombre de pas, etc., que font déjà beaucoup d’objets connectés », explique Bruno Thuillier, CEO de BOYD Sense. Les capteurs seront ainsi en mesure d’analyser la teneur en gaz d’une zone, ou bien le taux d’acétone dans l’haleine en cas d’activité sportive ou de maladie.

 

NeOse, le nez artificiel à 10 000 €

Le projet NeOSe de la startup grenobloise Aryballe est de proposer une multitude de solutions liées à l’usage des odeurs. Il s’agit ici du premier nez artificiel au monde, présenté à l’occasion du salon SIdO à Lyon. Que ce soit pour aider les personnes atteintes d’anosmie (perte partielle ou totale de l’odorat qui touche 1 à 2 % de la population) ou tout simplement pour un usage quotidien comme le contrôle des denrées dans un frigo par exemple, NeOse a pour ambition d’analyser les molécules afin de distinguer très nettement des odeurs.

Aujourd’hui d’une valeur de 10 000 €, l’objet a pour vocation de devenir un outil accessible à tous au moindre coût au fur et à mesure de sa commercialisation. Capable de distinguer 150 odeurs, les créateurs de NeOse espèrent lui en faire connaître des milliers.

 

SensorWake, le sommeil olfactif

Pour ce qui est de la diffusion pure et simple d’odeur, les avancées semblent aujourd’hui plus significatives. On en veut pour preuve le projet Oria de SensorWake, déjà connu pour la commercialisation du réveil qui vous tire doucement de votre sommeil avec une délicieuse odeur de café, de croissant chaud ou de chocolat.

Ici, Oria ne vous réveille pas avec des odeurs, mais vous aide au contraire à mieux vous endormir ! La gestion du sommeil et l’optimisation de sa qualité est une mécanique très en vogue dans le secteur des objets connectés, mais Oria est le seul à proposer l’intégration de parfums particuliers pour favoriser le sommeil. En plus de la traditionnelle analyse du sommeil, du temps de repos et de sa qualité, SensorWake l’améliore avec deux parfums : l’un est destiné à relaxer l’utilisateur pour mieux s’endormir, l’autre est diffusé pendant la nuit pour une meilleure qualité de sommeil. Oria est encore en phase de test mais devrait être commercialisé prochainement.

Partager cet article

Read Full Story