Aux limites de l’innovation

Lutter contre la pollution à l’aide de drones

L’équipe d’étudiants iGEM IONIS s’attaque à la pollution avec un drone. Baptisé Quantifly, ce drone détecte la pollution à l’aide de bactéries qu’il fait voler.

 

Quantifly est un drone armé de bactéries pour lutter contre la pollution des villes. L’appareil a été imaginé par iGEM IONIS, une équipe d’étudiants, issus de cinq écoles différentes (Sup’Biotech, School of Technology and Management (STM), Epitech, Epita et Ipsa). Le drone a déjà remporté la médaille d’or de l’International Genetically Engineered machines (iGEM), la plus grande compétition de biologie de synthèse au monde, organisée par le MIT à Boston.

fonctionnement-quantifly

Le projet mené avec ce drone est de détecter, quantifier et cartographier la pollution atmosphérique. Quantifly embarque pour cela dans les airs des bactéries génétiquement programmées, transformées dans le but de détecter les signaux spécifiques des polluants atmosphériques. Ces biosenseurs permettent d’avoir un résultat plus rapide et plus fiable grâce à la bioluminescence. « J’ai fait un stage dans le milieu de la bioluminescence fin 2015, puis nous avons monté un week-end de brainstorming », explique Clément Lapierre, étudiant à Sup’Biotech et chef de projet de l’équipe iGEM Ionis. « Il en est sorti cette idée d’utiliser la bioluminescence pour mesurer les concentrations de polluants atmosphériques ».

ionis_page_gold_medal

Ainsi, le drone réalisé avec une imprimante 3D, est conçu pour contenir de manière sécurisée les bactéries et envoyé dans les airs. Il agit alors comme une plateforme de détection mobile. L’appareil peut circuler dans des lieux inaccessibles à l’homme et prélever directement des échantillons d’air.

 

 

La collecte de données précises sur la pollution de l’air sera utile pour la sécurité des personnes mais aussi pour agir à la source sur la pollution. Déjà opérationnel sur certains polluants, le drone et ses biosenseurs vont être développés pour en traquer d’autres avant de pourvoir commercialiser Quantifly.

 

Cécile Dard

Partager cet article

Read Full Story