Aux limites de l’innovation

Libratus : l’IA qui a battu 4 champions de Poker

Une intelligence artificielle, nommée Libratus, a réussi à battre quatre des meilleurs joueurs de Poker du monde. Une performance qui en dit long sur l’évolution et les avancées en matière d’IA, et ça n’est sans doute que le début.

 

Se faire battre par une intelligence artificielle est monnaie courante : ça arrive fréquemment dans les jeux vidéo, par exemple, mais également dans des disciplines où l’homme a très longtemps été le maître, comme les échecs. Mais dans le domaine du poker, c’était encore inédit. Et pourtant… dernièrement, une intelligence artificielle nommée Libratus a battu quatre joueurs de renommées mondiales.

Dong Kim, Jason Les, Jimmy Chou et Daniel McAuley ont affronté Libratus à l’occasion d’un tournoi de poker qui a duré plusieurs jours au Rivers Casino de Pittsburgh, en Pennsylvanie (Etats-Unis). Jusqu’à 11h par jour, ces joueurs de cartes réputés ont donc affronté une machine dotée d’une IA développée par des ingénieurs de l’Université de Carnegie-Mellon. Si aucun agent réel n’était misé, les joueurs avaient l’assurance de repartir avec une coquette somme s’ils parvenaient à résister à Libratus. Mais aucun n’en a été capable, l’intelligence artificielle ne s’étant pas fait prendre au bluff des joueurs durant les multiples parties de Texas Hold’em : 120 000 cartes ont ainsi été distribuées !

 libratus-poker-3

 

Une victoire lourde de sens

Si le résultat de ce tournoi, nommé Brains Vs. Artificial Intelligence: Upping the Ante ne passe pas inaperçu, c’est parce que le poker n’est pas un jeu comme les autres. Contrairement à d’autres jeux, comme les échecs ou le go où l’intelligence artificielle peut anticiper les coups de l’adversaire grâce aux règles et aux mathématiques, le poker est essentiellement un jeu de hasard et de bluff. Et l’intelligence artificielle a littéralement appris à bluffer au fur et à mesure de son apprentissage : « Nous lui avons donné les règles de base, et nous lui avons dit « apprends par toi-même » a expliqué Noam Brown, le créateur de Libratus. L’IA était perfectionnée en rejouant les parties passées, combinant des milliards de possibilités.

libratus-poker-1

Elle a ainsi compris comment devenir plus agressive, notamment en faisant de grosses mises, alors que les gains éventuels étaient minimes. Ses prises de décisions résultaient d’une énorme quantité de calculs lui permettant d’éliminer les issues de partie les moins probables, pour se concentrer sur les possibilités offrant le meilleur taux de réussite, et miser – littéralement – dessus. « La machine ne peut pas gagner [au poker] si elle ne bluffe pas » estime Frank Pfenning, responsable du département Sciences informatiques de l’Université de Carnegie-Mellon.

« Quand j’ai vu l’IA se lancer dans le bluff en face d’humains, je me suis dit « mais, je ne lui ai jamais appris à faire cela ! »  C’est une satisfaction pour moi de me dire que j’ai réussi à créer quelque chose capable de cela » a ajouté Noam Brown. En parvenant à tromper les joueurs humains pourtant expérimentés, Libratus a engrangé pas moins de 1,7 million de dollars en jetons.

 

Prochaine étape, le militaire ?

Cette victoire de l’intelligence artificielle continue de démontrer, s’il le fallait encore, que la machine et les algorithmes peuvent prendre un temps d’avance sur l’humain dans un nombre énorme de situations. « Le fait de développer une intelligence artificielle qui parvient à un tel résultat avec succès est un pas formidable d’un point de vue scientifique, qui peut se décliner en de multiples applications. Un jour, votre smartphone sera peut-être en mesure de négocier le meilleur prix pour acquérir une voiture à votre place. C’est juste le début » développe Frank Pfenning.

Mais pour Roman V. Yampolskiy, professeur de sciences informatiques à l’Université de Louisville, « le poker est le moindre de nos soucis. Nous avons à présent une machine capable de vous botter les fesses en affaires ou sur le plan militaire. » Petit-à-petit, l’IA fait son nid, et pas seulement dans la vie quotidienne des utilisateurs de smartphones et autres ordinateurs de bureau. La révolution est en marche, observons-la de près !

 

Audrey Oeillet

Share This Article

Read Full Story