L’IA, une aide de confiance ?

Beaumarchais disait que l’or était « un bon serviteur, mais un mauvais maître ». On pourrait appliquer la formule à l’Intelligence Artificielle. Certaines IA s’avèrent être d’une grande aide dans de nombreuses situations, mais d’autres apprennent à tricher.

 

Prévoir les glissements de terrain grâce à l’IA

La ville de Hong Kong est entourée de nombreuses collines. Pour pittoresque qu’il soit, ce relief n’en est pas moins problématique. Le sol, qui subit régulièrement typhons et pluies intenses, est instable et sujet aux glissements de terrain. Particulièrement destructeurs en raison de la densité de la population, ces évènements semblent être plus fréquents depuis le réchauffement climatique.

Le Geotechnical Engineering Office de la ville a donc mis en route différents programmes exploitant l’Intelligence Artificielle. Depuis les glissements de terrain des années 70, qui avaient fait de nombreuses victimes, des équipes de géologues analysent chaque jour des images aériennes, ce qui prend beaucoup de temps. Pour optimiser cette tâche, une IA a été entraînée en la confrontant aux données de catastrophes passées.

Le but est de pouvoir, par comparaison, en dégager certains modèles, reconnaître certaines configurations qui pourraient plus que d’autres présenter des risques. Par ailleurs, les experts espèrent qu’avec l’IA, ils pourront, en plus de l’aide au tri des images, se rendre compte plus rapidement qu’une zone est instable. L’IA sera aussi mise à contribution pour déterminer, lorsqu’un glissement de terrain semble inéluctable, dans quelle direction iront les roches, arbres et coulées de boue.

 

L’Oréal achète ModiFace

Le géant français de la cosmétique vient de faire l’acquisition de la société ModiFace. Cette entreprise canadienne utilise la réalité augmentée et l’intelligence artificielle dans ses applications de maquillage virtuel, notamment Style My Hair qui avait fait l’objet d’une collaboration avec L’Oréal. Rejoignant d’autres technologies au sein du Digital Services Factory de L’Oréal, BeautyTech ModiFace pourrait permettre de voir le résultat d’un maquillage dans son miroir, qui s’appliquerait sur le reflet du visage, et ce, en temps réel.

 

 

Les archives photographiques LIFE

Le magazine LIFE a révolutionné le journalisme en mettant le photo-reportage à l’honneur, notamment entre 1936 et 1972 dans sa formule hebdomadaire. Envoyés en tout point du globe, ses photographes ont couvert tous les évènements majeurs de ces décennies et, partant, constitué une photothèque riche de millions d’images, sur tous les sujets. Il était – et est toujours- possible sur Google d’accéder à ce fond, en effectuant une recherche classique par mots-clefs. Toutefois grâce à une IA de Google utilisant l’algorithme ICA (Image Content-based Annotation), il est désormais possible de lancer une recherche beaucoup plus approfondie. En se livrant à une analyse pixel par pixel, un réseau neuronal a généré des milliers de nouveaux mots clefs, correspondants aux éléments reconnus sur les images (personnes, objets, etc.). L’IA a ensuite croisé ces mots-clefs avec leur définition Wikipédia, ce qui crée au final une fascinante encyclopédie visuelle, riche et facile d’accès.

 

 

C’est pas du jeu !
En 2016, Google DeepMind AlphaGo battait le champion du monde Go Lee Sedol. Un an plus tard, c’était au tour de l’IA d’être battu par…  AlphaGo Zero, sa version plus élaborée. DeepMind avait également appris à jouer à une trentaine de jeux vidéo anciens (Q*bert, Pong, etc.), mais il avait fallu créer un programme par jeu. L’année dernière, une unique version de DeepMind réussissait à battre les humains à dix de ces jeux.

Ces incroyables résultats avaient été obtenus avec une méthode appelée reinforcement learning (RL) mais DeepMind peut faire mieux. Entraînée sur un million et demi de paramètres, l’IA de Google exploite dorénavant un nouvel algorithme appelé evolutionary strategy (ES). Grâce à ES, l’IA peut changer son approche en cours de partie, ce qu’elle vient brillamment de faire en exploitant un bug d’affichage du jeu Q*bert. Sans qu’on la programme pour ça, elle a triché !

Les IA des dernières décennies qui exploitaient jusque-là le reinforcement learning étaient arrivées à leur limite. D’après les chercheurs, leur appliquer ce nouvel algorithme pourrait faire grandement évoluer le domaine. En revanche, pour le fair play…

 

 

Cyrille Baron

Partager cet article

Read Full Story