Aux limites de l’innovation

Les voitures autonomes : une vraie tendance pour 2017

Le CES a donné le ton et a montré à quel point la voiture autonome avait quitté le registre de l’anticipation pour entrer directement dans le présent ! Cette année qui commence voit déjà fleurir des projets chez la plupart des constructeurs.

 

C’est avant même la tenue du North American International Auto Show de Detroit, l’un des plus gros salons internationaux de l’automobile, qu’a été révélée une bonne partie des annonces qui feront l’actualité automobile en 2017. Et oui, réunis dans le North Hall, le pavillon du CES consacré à l’automobile, constructeurs et équipementiers ont fait la démonstration de leurs innovations en matière de voiture connectée, voiture électrique et surtout voiture autonome ! L’ambition, ne pas laisser le marché à Tesla !

Faraday Future, un fabricant californien porté par des capitaux chinois et qui avait fait sensation en 2016 sans vraiment concrétiser ses promesses, avait monté une tente géante pour présenter la FF91, un crossover géant de 5,25 mètres. Présentée comme la première voiture vraiment entièrement connectée, elle annonce la plus grosse intelligence artificielle embarquée, des batteries assurant en théorie 700 km d’autonomie et plus de 1 000 chevaux pour une accélération hors norme !

Toyota présentait quant à lui un concept-car au design très « manga ». Doué d’intelligence, il est capable de conduire ou vous laisser conduire selon les conditions, d’apprendre de vos goûts et comportements, et de communiquer par le toucher ou des couleurs projetées au sol …

_aba0070

Ford annonçait plusieurs nouveautés, dont la nouvelle version de sa Fusion hybride autonome que la marque veut produire en grand volume. Le véhicule intègre plus de puissance de calcul ce qui lui offre une meilleure perception de l’environnement. Il est destiné à être utilisé pour du transport à la demande et des services d’auto-partage en Amérique du Nord.

 

Intel s’allie à BMW, Nvidia à Audi…

Intel s’est rapproché de BMW pour lancer une flotte de 40 voitures autonomes, dotées des processeurs Intel des gammes Atom et Xeon. Les véhicules tourneront pour des tests sur routes ouvertes au second semestre. Le système a été conçu pour être adaptable à la production par d’autres constructeurs. Par ailleurs, Intel annonçait aussi sur le CES sa prise de participation à hauteur de 15% dans le service de cartographie HERE. Délaissé par Microsoft lors de la vente de la branche mobile de Nokia, le service de cartographie était détenu par le consortium de constructeurs premium allemands (BMW, Mercedes et Audi). Pour sa part, BMW présentait HoloActive Touch, sorte d’écran holographique flottant se substituant au tableau de bord et permettant des interactions à base de gestes de la main.

(CREDIT: Walden Kirsch/Intel Corporation)
(CREDIT: Walden Kirsch/Intel Corporation)

Nvidia et Audi, récemment alliés, montraient quant à eux un prototype capable de réagir seul face à des changements imprévus sur la route. Dotée de nombreux capteurs et scannant en permanence les panneaux, la voiture peut juger de l’imminence d’un danger et changer sa direction pour un autre chemin. L’intelligence artificielle sert aussi de “co-pilote” en s’appuyant sur les capteurs ou une cartographie HD pour assurer la conduite autonome. Le lancement est prévu en 2020.

 

Nathalie Bloch-Sitbon

Partager cet article

Read Full Story