Aux limites de l’innovation

Les effets spéciaux cinématographiques prennent vie au théâtre

Dean Evans Technology Writer Twitter

Une réinvention numérique de la nymphe Ariel déterminée à subjuguer le public.

Si vous pensez que les effets spéciaux réalisés sur ordinateur ne concernent que les superproductions cinématographiques, la version 2016 de La Tempête mise en scène par la Royal Shakespeare Company (RSC) pourrait bien vous surprendre.

La RSC a collaboré avec Intel et The Imaginarium Studios, studio de tournage co-fondé par l’acteur Andy Serkis et Jonathan Cavendish, dans le but de réinventer la pièce épique de Shakespeare de manière à enchanter et étonner le public du 21e siècle. Le défi consistait à utiliser la technologie récente pour créer quelque chose que les spectateurs n’avaient jamais vu au théâtre.

JI3A5631_RSC-cinematic special effects

Pour la toute première fois, une réinvention numérique de la nymphe Ariel, l’un des personnages principaux de La Tempête, entrera en scène. Contrairement aux films et jeux vidéo qui s’appuient sur le rendu et l’intégration post-production, dans cette production, l’avatar d’Ariel jouera aux côtés d’acteurs humains en temps réel.

« Comme Ariel n’est pas de ce monde, nous pouvons être vraiment imaginatifs », déclare Sarah Ellis, responsable du développement numérique de la RSC. « Nous avons la possibilité de montrer le personnage sur scène en direct avec des moyens jusqu’ici impossibles. Nous pouvons le rendre très petit ou lui faire occuper toute la scène grâce à la technologie que nous employons. »

Ariel est joué par un acteur qui porte une combinaison de motion capture. Ses mouvements sont enregistrés par des capteurs d’inertie, rendus à l’aide de deux serveurs avec processeurs Intel® Xeon®, puis projetés sur scène sous forme d’avatar informatique.

Ariel revêt de nombreuses formes magiques pendant la pièce de Shakespeare, prêt à obéir aux désirs de Prospero « Voler, nager, plonger dans les flammes, chevaucher les flocons de nuages… ». La technologie numérique récente a fait découvrir à Gregory Doran, directeur artistique de la RSC, Stephen Brimson Lewis, directeur de la conception, ainsi qu’aux équipes de production et numériques, qu’ils pouvaient interpréter littéralement les diverses ruses de la nymphe.

905A9295

« Au départ, je n’avais aucune idée du personnage extraordinaire que l’on pouvait créer avec la technologie », avoue Gregory Doran. Par exemple, Ariel se vante de pouvoir s’enflammer, se scinder en trois et chevaucher les flocons de nuages. Le studio Imaginarium a proposé d’enflammer tout l’avatar. Nous avons donc développé cette idée. »

Dans l’Acte III, Ariel prend la forme d’une harpie vengeresse, monstre mythologique classiquement représenté par un oiseau au visage de femme.

905A9179

« Nous avons discuté de la façon dont cet oiseau pouvait apparaître et du type d’oiseau que nous pouvions utiliser : un corbeau, un marabout d’Afrique ou un aigle », explique Gregory Doran. « Puis quelqu’un a amené des images extraordinaires sur lesquelles un banc de maquereaux semblait imiter un requin. »

Cela créait un effet dans lequel le banc ressemblait à un immense poisson plutôt qu’à un million de petits poissons.

« Nous nous sommes servis de cette idée pour la harpie, avec un vol d’oiseaux qui se rassemblent pour former une seule entité. »

La Tempête a toujours été une pièce spectaculaire, un mariage entre art et technologie. Au fil des années, des productions imaginatives ont employé des trappes, des trapèzes, des poulies et des treuils, des machines à fumée, des lasers, des plaques tournantes et du matériel pyrotechnique pour créer des effets exceptionnels et étranges. Dans la version de 2006 de la pièce produite par la RSC, Ariel la harpie semblait se lever de façon surnaturelle du corps d’une baleine morte.

Ce qui est certain, c’est que la technologie numérique crée de vastes possibilités de création.

JI3A5640

« Les metteurs en scène et concepteurs ne sont plus les seuls à penser qu’ils peuvent avoir recours au numérique », conclut Gregory Doran. « Les auteurs ne limitent plus leur imagination à ce qu’ils peuvent faire avec deux planches et une passion ! Avec ce type de technologie, je suis persuadé que nous pouvons trouver toutes sortes de nouvelles façons de créer un nouveau genre de théâtre. »

Note du rédacteur : Dans cette série Experience Amazing , iQ explore la façon dont la technologie informatique crée des expériences incroyables dans les domaines de la science, du mouvement des makers, de la mode, des sports et des loisirs. Pour en savoir plus, visitez la page Experience Amazing.

Partager cet article

Thèmes associés

Divertissement

Lire ensuite

Read Full Story