Aux limites de l’innovation

Les bateaux intelligents ont le vent en poupe

Les organisateurs de croisières surfent sur la vague technologique pour inciter une clientèle jeune et technophile à embarquer sur des bateaux intelligents.

Rien n’est plus facile que de se perdre à bord d’un paquebot. Avec 19 ponts remplis de cabines, restaurants et lieux de divertissement, le MSC Meraviglia fait l’équivalent de pratiquement trois terrains de foot. Dans cette petite ville flottante, les vacanciers sont bien souvent tentés de se tourner vers leur GPS ou Google Maps pour s’orienter.

Et c’est ici qu’interviennent les quelque 4 000 capteurs du bateau. En utilisant leur propre appareil ou en agitant un petit bracelet près de l’un des 144 écrans placés à des points stratégiques du navire, les passagers peuvent voir où ils sont et obtenir un itinéraire jusqu’à leur destination finale.

Les navires de croisière « hi-tech » attirent une clientèle jeune qui privilégie l’expérience aux biens matériels. Ces passagers technophiles n’ont pas forcément l’intention de se déconnecter une fois en mer.

Qu’il s’agisse de consulter l’application MSC for Me pour voir les activités du jour, de parcourir les menus ou de réserver une table sur l’un des écrans numériques disponibles à bord, les passagers peuvent désormais découvrir ce que Luca Pronzati, responsable innovation chez MSC Cruises, appelle un changement massif de paradigme de l’industrie de la croisière.

Paquebot près d'un port
Le MSC Meraviglia propose une application permettant de s’orienter sur les 19 ponts de ce bateau de croisière de plus de 300 m de long. Photo fournie par MSC Cruises.

« C’est une véritable révolution », affirme Luca Pronzati. «[Guests can] [Les passagers] peuvent consulter des informations et réserver des services partout sur le paquebot, quand ils le souhaitent. »

Haute technologie marine

D’ici la fin de l’année, Carnival prévoit de lancer des solutions embarquées haute technologie sur sa ligne Princess, tandis que d’autres, tels que Royal Caribbean, fournissent déjà des bracelets pour déverrouiller les portes de cabines ou régler des achats à bord.

La compagnie suisse MSC Cruises a construit le Meraviglia pour permettre à ses passagers de passer des vacances de rêve. Pour tous ceux qui ont tendance à se perdre sur un bateau, l’application MSC for Me rend l’orientation facile.

Les files d’attente au bureau des excursions ne devraient bientôt plus être qu’un mauvais souvenir, car les passagers peuvent aujourd’hui s’inscrire en un rien de temps aux activités du navire en parcourant les options disponibles depuis le téléviseur de leur cabine ou à l’aide de la tablette d’un membre de l’équipage.

Les parents sont même en mesure de géolocaliser les enfants qui portent un bracelet parmi plus de 5 700 passagers.

« Mon fils n’utilise aucun appareil », confie Luca Biondolillo, responsable du service communication chez MSC Cruises. Toutefois, grâce à l’application, il peut rapidement retrouver son jeune enfant, qu’il soit dans la salle dédiée aux Lego ou dans l’une des quatre piscines du paquebot.

Pour les visiteurs qui n’ont pas de tablette ou de smartphone, Luca Biondolillo précise « qu’ils peuvent malgré tout profiter de nos solutions haute technologie depuis leur cabine, sur le bon vieux téléviseur. »

Le bracelet ouvre aussi les portes des cabines et permet aux passagers de régler des achats à bord. Et parmi les extras prévus pour les passagers, l’application comprend également un outil de recherche rapide des cabines et des ascenseurs.

MSC Meraviglia
Le plus grand dôme à LED jamais vu sur les océans recouvre le plafond de la galerie du MSC Meraviglia. Photo fournie par MSC Cruises.

Le Meraviglia regorge de lieux de divertissement high-tech, dont une zone de jeu dotée de simulateurs de course en Formule 1, un cinéma 4D et un espace de promenade disposant d’un plafond recouvert par le plus grand dôme à LED jamais vu sur les océans, projetant un ciel numérique qui se renouvelle constamment.

Rapprocher les générations

Bien que l’image du passager type soit souvent reliée aux retraités et aux grands-parents, les jeunes ressentent eux aussi l’appel du grand large, préférant les croisières aux vacances traditionnelles sur la terre ferme, aux centres de villégiature tout compris, aux voyages organisés, aux locations de vacances ou au camping, selon une étude de la Cruise Lines International Association (CLIA).

Près de 39 % des personnes interrogées préfèrent les croisières océaniques.

Le bateau du futur

Alors que la technologie lancée lors de la mise à l’eau du Meraviglia va déjà bien au-delà des expériences existantes, « ce n’est qu’un point de départ », annonce Luca Pronzati.

« Nous seront en mesure d’évoluer vers une expérience encore plus personnalisée grâce à l’apprentissage machine et à l’intelligence artificielle, ce qui nous permettra de fournir des informations sur mesure à chacun des passagers en fonction de leur emplacement et de l’heure de la journée », explique Luca Pronzati.

Une adaptation de la technologie de reconnaissance faciale est également en cours d’élaboration. Ainsi, l’équipage pourra appeler les passagers par leur nom et aura immédiatement à disposition des informations sur leurs centres d’intérêt.

bateaux intelligents
De plus en plus de jeunes voyageurs technophiles sont séduits par les croisières sur des navires intelligents.
Photo fournie par MSC Cruises.

Cette technologie d’intelligence artificielle aidera également l’équipage à communiquer avec les passagers dans leur langue. Chaque année, plus de 180 nationalités voyagent à bord des navires de MSC Cruises. MSC for Me est actuellement disponible en six langues et une version chinoise est en préparation.

La réalité virtuelle est aussi à l’étude, notamment en ce qui concerne les excursions à terre. Le temps à quai est limité, précise Luca Pronzati. « Il est souvent passé à courir d’un point à un autre sans prendre le temps d’apprécier les centres d’intérêt ».

La réalité virtuelle permettrait, avant et après une excursion, de s’approprier une destination et de s’informer en détail sur les endroits visités. Il est ainsi possible d’apprécier davantage les sites à visiter une fois sur place, explique Luca.

Après tout, faire de nouvelles expériences et les apprécier est la raison d’être des croisières.

Partager cet article

Read Full Story