Aux limites de l’innovation

Le robot Nao thérapeute d’adolescents souffrant d’autisme

Le projet Rob’Autisme fait le pont entre la psychothérapie, la robotique et les arts. Depuis novembre 2014, des jeunes autistes au Centre psychothérapique pour grands enfants et adolescents du CHU de Nantes découvrent le monde de la robotique sous la direction de Sophie Sakka, chercheuse et professeure à Centrale Nantes.

Le cadre ? Stereolux, un espace de création et de diffusion de musiques actuelles et d’arts numériques où les enfants venaient déjà depuis plusieurs années. Son outil ? Le robot Nao. Tous les 15 jours, les adolescents viennent découvrir et apprivoiser le robot. Ils apprennent à programmer Nao, à le faire parler, bouger, se déplacer.

Rob’Autisme

L’équipe déclare que, en six mois, leurs progrès ont dépassé les attentes des professionnels de santé. « Le résultat a été inespéré sur eux, phénoménal. On a constaté une évolution de séance en séance sur leur capacité à communiquer. Au bout de six mois, on avait affaire à des adolescents qui ne hurlaient plus pour se faire entendre, se concentraient mieux et réussissaient à communiquer entre eux », se réjouit Sophie Sakka.

De janvier à juin, une étude scientifique va être menée pour déterminer si les robots pourraient constituer un outil intéressant pour ces jeunes. « Il y a chez les personnes souffrant de troubles du spectre autistique (TSA) une perturbation de la capacité à se représenter les pensées et intentions des autres. La manipulation et la programmation du robot Nao semble adaptée pour travailler sur l’amélioration de leurs facultés de communication », estime l’équipe.

Cette expérience n’est pas la première en son genre. Dès 1998, le professeur Kerstin Dautenhahn utilise les robots dans le projet Aurora pour augmenter les capacités d’engagement social d’enfants autistes. D’autres expériences ont été menées au Japon, au Portugal, aux Pays-Bas et aux Etats-Unis.

Partager cet article

Thèmes associés

Santé

Lire ensuite

Read Full Story