Aux limites de l’innovation

Le commerce physique se réinvente avec la tech

Pour rester compétitif face au commerce en ligne, le commerce physique se réinvente avec de nouveaux concepts tirant parti de technologies récentes.

 

Le premier exemple qui vient à l’esprit, lorsque l’on pense magasin du futur, est l’utilisation de la Réalité Virtuelle et de la Réalité Augmentée. Il est vrai que les différentes applications du genre, à venir ou déjà opérationnelles, sont très enthousiasmantes.

Ainsi est-il possible dans des magasins Adidas de Paris, Londres, Barcelone, Madrid, Berlin ou Milan, de bénéficier d’une expérience de Réalité Virtuelle sur Playstation VR. Au rayon Lego de Toy R us, c’est la Réalité Augmentée qui fait ses preuves depuis plusieurs années. Des bornes y permettent de dévoiler le contenu d’une boîte de construction.

 

 

 

Payer avec son smartphone

Un axe de ce renouvellement de l’expérience client est le paiement par mobile ou m-paiement. Largement plébiscitée par les pays d’Asie et les pays émergents, la solution a plus de difficulté à séduire le consommateur européen, même si les mentalités évoluent.

Customer making contactless payment through smartphone

L’Union Européenne et le GIE Cartes Bancaires (Groupement d’Intérêt Économique) y étant favorable, on devrait cette année assister à une multiplication des bornes sans contact sur le lieu de vente et au relèvement du plafond de paiement, pour le moment limité à 20 euros. Un intérêt de ce mode de paiement est qu’il permet d’éviter l’attente en caisse, frein à l’achat en magasin pour 68% des consommateurs interrogés, d’après une étude Capgemini Consulting de 2016.

La grande réticence à l’utilisation du smartphone pour régler un achat reste cependant la sécurité. Parmi les pistes les plus récentes, Face ++, une entreprise chinoise, propose d’utiliser la reconnaissance faciale, selon elle plus fiable que les solutions actuelles par code ou reconnaissance d’empreintes digitales. Il faut dire qu’avec 175 millions de transactions réalisées par jour sur AliPay (solution de paiement mobile de Alibaba), les pays d’Asie ont une grande expertise en matière de paiement par mobile.

FACE++
Contour du visage, forme du nez, de la bouche et des yeux seraient pris en compte par Face++

 

Je clic, je, tu, ils collectent

Autre grand chantier, le clic and collect, qui consiste à venir récupérer dans une enseigne ou dans un relais, une commande passée en ligne. Le concept est d’ores et déjà en place en France dans de nombreuses enseignes (Butagaz, Darty, Jardiland, Marionnaud, etc.).

 

Le click and collect chez Jardiland

 

Suivant le type de commerce, le Clic and Collect peut revêtir divers aspects, comme récupérer un « panier » précédemment commandé en ligne ou sur une borne, afin d’éviter de circuler dans tout le magasin, comme dans l’exemple de Jardiland. Mais il peut aussi s’agir de venir chercher sa commande dans un casier automatique de type consigne.

Le concept n’exclut pas par ailleurs, une utilisation du smartphone, pour régler son achat sur place et lors de la collecte, en présentant un QR code faisant office de preuve d’achat.

 

Des vendeurs mobiles et connectés

Enfin, terminons cette revue avec les solutions offertes par l’apparition de vendeurs équipés de tablettes, pouvant par là même intervenir en mobilité en tout point du magasin. Pour encaisser un paiement là encore, mais également pour délivrer un argumentaire de vente, au moyen de fiches-produits, pour proposer une promotion soudaine ou bien pour aider à la gestion du stock en temps réel, comme avec la Store Communications Suite de Tulip Retail pour citer un exemple entre mille.

Gros enjeux et grandes espérances liés à cette réinvention du commerce, en témoignent les 30 000 visiteurs du NRF Retail Big Show, salon annuel de la National Retail Federation, qui se tenait en début d’année à New York.

 

Cyrille Baron

Partager cet article

Read Full Story