Aux limites de l’innovation

La technologie au service d’un sommeil réparateur

Dana McMahan Writer

Des innovations technologiques comme les ampoules intelligentes contrôlées par téléphone ou les sur-oreillers et surmatelas thermorégulés améliorent votre sommeil.

De nombreux adultes souffrent de troubles du sommeil. Le manque de sommeil peut conduire à des problèmes de santé, des accidents de voiture, des incidents et des erreurs au travail, ou tout simplement à l’épuisement. Et le problème ne fait qu’empirer.

S’il est vrai que la technologie est souvent responsable d’un déficit de sommeil, elle peut aussi aider les utilisateurs à mieux dormir. Selon une étude récente publiée dans le Journal of Clinical Sleep Medicine, les technologies grand public d’aide à l’endormissement sont en train de transformer la médecine clinique et la médecine du sommeil. Les chercheurs affirment d’ailleurs que les technologies en vente libre comme les moniteurs de sommeil devraient connaître « un succès durable ».

Selon cette étude, les produits de suivi du sommeil se vendent mieux que les outils de suivi d’activité sur des sites comme Kickstarter. Une récente recherche sur les mots-clés « applications pour le sommeil » renvoyait un résultat de plus de 500 applications différentes dédiées au sommeil. Par ailleurs, l’une des cinq applications payantes ayant eu le plus de succès en 2014 était un moniteur de sommeil doublé d’un réveil.

Les bénéfices d’une bonne nuit de sommeil

Pourquoi sommes-nous tous désespérément en quête de sommeil profond ?

« Le sommeil nous apporte de nombreux bienfaits », explique Param Dedhia, M.D. et directeur de la médecine du sommeil du centre de spa Canyon Ranch dédié au bien-être.

Selon lui, le sommeil ne fait pas qu’offrir de nombreux bénéfices physiques, comme celui de réparer le corps pendant la nuit. Le sommeil contribue également à digérer les émotions, à fixer les souvenirs et à résoudre les problèmes.

Mais combien de temps faut-il dormir pour se sentir bien ?

« C’est la question à 10 millions de dollars », explique Nathaniel F. Watson, M.D., ancien président de l’American Academy of Sleep Medicine (AASM) et professeur de neurologie à l’Université de Washington à Seattle. M. Watson est également co-auteur de l’étude sur les technologies grand public d’aide à l’endormissement.

Ce chiffre diffère pour chacun, mais l’AASM recommande sept à huit heures de sommeil par nuit pour un adulte. Or la plupart des adultes en sont loin.

« Le manque de sommeil et le déficit de sommeil sont endémiques », affirme Nathaniel Watson. « Les CDC parlent d’un problème de santé publique. Si je le pouvais, je convaincrais les gens de ce pays que le sommeil est une priorité et qu’il est essentiel de dormir plus. »

Le Dr. Watson et les co-auteurs de l’étude voient tout de même la lumière au bout du tunnel.

L’étude imagine « un avenir dans lequel les technologies et les informations sur le sommeil feront probablement partie intégrante du foyer et du quotidien des consommateurs. Les utilisateurs pourront régler la durée de sommeil et l’heure de réveil sur leurs smartphones, et déterminer quelle durée de sommeil leur convient le mieux. »

Nathaniel Watson visualise les conditions idéales de sommeil : « Vous entrez dans la chambre, la lumière est tamisée, les volets baissés et la température parfaitement réglée pour un sommeil optimal. Une machine à bruit blanc se met en marche au niveau de volume approprié pour bloquer les sons ambiants ».

Bon nombre de ces technologies sont déjà disponibles ou en cours de développement. M. Watson évoque l’appareil S+ by ResMed. Appairé à un smartphone ou une tablette, ce capteur de sommeil permet aux utilisateurs de suivre et de comprendre leur rythme de sommeil.

Selon lui, faciliter l’endormissement est encore plus important qu’améliorer le sommeil. L’appareil S+ fournit à l’utilisateur des informations personnalisées sur son rythme de sommeil et l’environnement dans lequel il dort, comme la lumière, le bruit et la température. Il peut alors régler une alarme douce pour se réveiller pendant la phase de sommeil appropriée (le sommeil léger), à la période de son choix.

Ces fonctionnalités « permettent d’accroître la durée du sommeil de 30 minutes ».

Param Dedhia pense que les outils comme S+ et les applications de suivi du sommeil représentent un excellent moyen de sensibiliser les utilisateurs à leurs besoins de sommeil. « J’apprécie ces technologies, car elles permettent une utilisation conviviale qui suscite la curiosité et les discussions ».

Créer les conditions d’un sommeil réparateur

Param Dedhia est persuadé que les utilisateurs qui analysent leur sommeil ont tendance à dormir mieux et plus longtemps, tout comme une personne qui surveille son alimentation mange mieux. Selon lui, ces appareils doivent non seulement analyser le sommeil, mais aussi apaiser les sens pour créer un environnement favorable à l’endormissement.

La lumière est responsable de bon nombre de problèmes de sommeil, notamment la lumière bleue émise par les appareils qui peut contribuer aux problèmes d’endormissement. Mais d’autres types de lumière peuvent être utilisés pour améliorer l’environnement de sommeil.

L’ampoule à LED C-Sleep de GE passe automatiquement d’une lumière apaisante et chaude pendant la nuit à une lumière intense et vivifiante le matin.

Les bruits de la circulation, des voisins ou des autres membres de la famille peuvent également perturber le sommeil. Nightingale va plus loin qu’une machine à bruit blanc standard en masquant ces sons à l’aide d’un système intelligent connecté qui « recouvre » la chambre d’un son adapté à son acoustique.

La température joue aussi un rôle dans la qualité du sommeil, et les experts s’accordent à dire qu’un environnement frais est plus propice au sommeil. Le sur-oreiller refroidi par eau Moona régule la température de l’oreiller de l’utilisateur afin qu’il reste frais pendant l’endormissement et qu’il se réchauffe au moment du réveil. Le sur-matelas ChiliPAD Cube permet quant à lui de réguler la température du matelas jusqu’à une valeur minimale de 12 degrés.

Toutefois, il est impossible de trouver le sommeil lorsque l’on est agité intérieurement, même dans des conditions environnementales parfaites. Les utilisateurs de l’application de méditation guidée Deep Sleep with Dr. Andrew Johnson ne jurent que par la voix apaisante du docteur.

Il est également possible d’appliquer des méthodes simples comme programmer un rappel de l’heure du coucher. Des outils comme Google Now et le réglage de l’heure du coucher sur iPhone rappellent aux utilisateurs qu’il est temps d’éteindre le téléviseur ou l’ordinateur et de se préparer pour la nuit. Avec tous ces outils à leur disposition, les utilisateurs pourront bientôt profiter d’un sommeil réparateur.

Partager cet article

Thèmes associés

Style de vie

Lire ensuite