Aux limites de l’innovation

La Réalité Virtuelle s’invite dans le 7ème Art

Nommés aux Oscars puis en sélection officielle au Festival de Cannes, les premiers courts-métrages de cinéma en réalité virtuelle ne laissent pas les critiques indifférents. L’intérêt de l’industrie du 7ème art pour la réalité virtuelle monte crescendo avec l’engouement des réalisateurs mondialement connus comme Ridley Scott, Kathryn Bigelow et Alejandro González Iñárritu.

 

La tendance émerge doucement depuis un an : Pearl, le court-métrage de fiction en VR produit par Google Spotlight a été nommé aux Oscars dans la catégorie meilleur cout métrage animé. En parallèle, de nombreux studios de cinémas s’intéressent de près à la réalité virtuelle : une nouvelle ère de cinéma immersif pourrait voir le jour, dont l’impact promet d’être bien plus fort que celui de la 3D.

Il faudra cependant s’armer de patience pour apprécier les résultats de ce nouveau mariage de l’industrie du cinéma avec la réalité virtuelle… Etant donné le coût des installations, il n’est pas certain que de telles expériences puissent s’inviter de sitôt dans nos cinémas ou dans nos salons. En attendant, voici les projets que certains auront la chance de découvrir lors des premières projections.

 

La réalité virtuelle s’invite à Cannes avec Carne y arena d’Alejandro González Iñárritu

Annoncé au début du mois d’avril, Alejandro González Iñárritu présentera un tout nouveau film en sélection officielle du Festival de Cannes. Il sera d’ailleurs le premier film en réalité virtuelle à y être projeté. Carne y arena se présenterait sous la forme d’un court-métrage de moins de 7 minutes… qui aura nécessité pas moins de quatre années de travail !

 

Carne y arena d'Inarritu
L’affiche de Carne y arena pour le Festival de Cannes

Pendant ces quelques minutes, le spectateur sera amené à se déplacer dans un vaste espace, évoluant à la première personne dans la peau d’un immigré mexicain. Le but ? Faire vivre intensément le périple aux spectateurs « comme s’ils y étaient »… Autrement dit, éloigner le spectateur de sa condition passive d’observateur et tenter d’abroger « la dictature du cadre ». Un moment solitaire mais riche en sensations et qui promet d’être très proche de la réalité.

Aucune information n’a été donnée pour l’instant sur l’installation spécifique qui permettrait de diffuser ce type de média.

Pour ceux qui n’auront pas la chance de se rendre au Festival de Cannes, l’œuvre d’Iñárritu devrait faire le tour des musées à travers le monde et permettre ainsi à d’autres spectateurs de profiter de l’expérience.

 

Ridley Scott ouvre une société de production dédiée à la réalité virtuelle

La société de production cinématographique Ridley Scott Associates (RSA) a annoncé l’ouverture d’une nouvelle branche dédiée à la réalité virtuelle : RSA VR. Elle sera axée sur l’utilisation de la technologie VR pour produire des films de cinéma contemporains.

La société sera dirigée par Jen Dennis, producteur de The Martian VR Experience, une expérience en VR qui permet au joueur d’incarner un astronaute seul sur Mars (Mark Watney) qui devra réaliser plusieurs missions afin de survivre dans un environnement hostile.

 

 

L’entreprise, fondée par Ridley et son défunt frère Tony en 1968, a confirmé que son premier projet officiel de VR sera une expérience basée sur Alien : Covenant, le prochain film d’horreur de science-fiction qui devrait être diffusé en France le 10 mai prochain. D’autres projets de RSA VR devraient voir le jour comme Blackbox, une série réalisée par David Karlak en partenariat avec Endless VR, ou encore une série documentaire dirigée par le photographe Michael Muller.

Cette nouvelle dynamique n’est pas étonnante et s’inscrit dans la continuité de l’ambition naturelle de Ridley Scott, le réalisateur ayant toujours utilisé les dernières technologies pour la production de ses films.

Ridley Scott
Ridley Scott

 

Kathryn Bigelow : The Protectors : Walk in the Ranger’s Shoes

La réalisatrice Kathryn Bigelow (qui a signé Zero Dark Thirty) et le créateur VR Imraan Ismail, connu pour ses nombreux projets en 360° et réalité virtuelle, ont créé ensemble The Protectors en partenariat avec National Geographic Channel. Leur projet était d’exposer une journée dans la vie d’un gardien du parc national Garamba en République démocratique du Congo.

The Protectors, une immersion dans le parc national Garamba

 

Le film offre aux spectateurs un regard immersif sur la vie des gardes qui oeuvrent à la protection des éléphants africains. En effet, plus de trente milles éléphants sont assassinés chaque année pour leur ivoire par des braconniers.

Ce court documentaire ne dure pas plus de huit minutes, mais selon les premiers témoignages, ce périple au travers des hautes herbes ne laisse pas indifférent. Certaines séquences sont poignantes (la réalisatrice n’hésite pas à filmer les cadavres des éléphants en décomposition) et la réalité virtuelle invite à une prise de conscience accrue de la situation.

Partager cet article

Read Full Story