Game On!

IndieCade Europe : les jeux vidéo sous toutes les facettes

L’événement IndieCade Europe, qui s’est tenu pour la seconde fois à Paris, en marge de la Paris Games Week, a permis de découvrir trente jeux étonnants dans la sélection officielle, qui montrent une fois de plus la richesse du secteur !

 

Pendant deux jours, le public d’IndieCade Europe a pu découvrir toutes les facettes du jeu vidéo indépendant au CNAM à Paris. Cet événement, partenaire de la Paris Games Week, a mis sous les projecteurs les dernières productions des créateurs indépendants.

Le festival a accueilli des productions de nombreux pays en Europe mais également d’Australie, de Taïwan… Plus de 2 000 visiteurs, majoritairement des développeurs et des étudiants mais également du grand public curieux, ont assisté à l’événement.

A l’origine, plus de 1 000 jeux ont été soumis au jury pour une sélection finale de 30 jeux uniquement. « Notre objectif était de montrer ce que peut être le jeu vidéo aujourd’hui en présentant la crème de la crème du jeu vidéo indépendant », nous a expliqué Laurent Checola, chef de projet pour le salon. « Les membres du jury testaient les jeux selon le matériel dont ils disposaient puis argumentaient et commentaient toutes leurs décisions. C’est la prise de risque éditorial qui a primé dans les choix ».

 

Se réapproprier les technologies

Le festival a été aussi l’occasion de discuter de l’évolution du secteur, confronté souvent à une surenchère technologique. Les rapports entre technologie et innovation dans le domaine vidéo-ludique ont été longuement décortiqués : « Il a été mis en lumière la nécessité de se réapproprier les technologies pour faire évoluer les mécaniques de jeux. Permettre une image d’une définition mille fois supérieure n’est pas le seul but du jeu vidéo. Nous voulons montrer qu’il est toujours possible d’étonner, de raconter une histoire différemment », souligne Laurent Checola.

La sélection proposait aussi bien des jeux sur mobile, des jeux sur console, des jeux sur PC et des installations. Parmi celle-ci, Busy Work, présentait de façon ludique une journée dans un open space : pour gagner la partie, il fallait répondre au plus grand nombre de mails professionnels sans se laisser trop distraire pour ses appels et SMS personnels, sous la houlette d’un responsable acariâtre. Le jeu, installé dans un espace dédié, nécessitait de connecter en réseau tous les ordinateurs tout en les synchronisant avec les lignes téléphoniques.

 

Des jeux à messages

Satire du monde du travail, Busy Work entre dans une des grandes tendances du jeu vidéo indépendant : les jeux à message politique ou sociétal. « De plus en plus, le jeu vidéo quitte la sphère purement ludique pour faire passer des messages forts. On va bien au-delà du divertissement gratuit, les développeurs se servent de l’implication du joueur, de son immersion, pour le faire réfléchir, s’émouvoir, s’indigner… », explique le chef de projet d’IndieCade Europe.

Cet engagement se retrouve également dans les jeux primés par le Festival. Par exemple, le jeu « Enterre-moi, mon amour » de Pixel Hunt & Figs, Prix des développeurs, suit une jeune réfugiée syrienne sur la route de l’exil à travers sa conversation par texto avec son fiancé resté en Syrie. Il va falloir faire les bons choix pour la guider, la conseiller, lui permettre de garder le moral… Et tous les choix peuvent avoir des conséquences directes sur la survie de Nour…

 

 

De même pour « Do not feed the monkeys » de Fictiorama Studios, Prix de la presse, sur PC qui permet d’espionner ses concitoyens, tous représentés par des animaux, et qui est une métaphore humoristique de la société de surveillance actuelle.

 

 

« A Guy and his hero » par des étudiants de l’Enjmin, Prix du public, montrait quant à lui la capacité d’intégrer les nouvelles technologies. Dans une ambiance colorée rappelant les îles grecques, on doit aider, en immersion VR, le personnage à surmonter les obstacles et à continuer son chemin. Comme dans une maison de poupées, on peut tout observer, un peu dans la position d’une divinité pour qui tout est possible… à condition de résoudre les puzzles !

 

 

Enfin, le dernier jeu primé a été choisi par les représentants des équipes des trente projets en sélection officielle d’IndieCade Europe : « Vignettes » de Skeleton Business, Prix “sélection officielle”, est un jeu très graphique et minimaliste jouant sur les transformations successives d’objets.

 

 

Nathalie Bloch-Sitbon

 

Visuel de Une ©IndieCade

Partager cet article

Read Full Story