Aux limites de l’innovation

Hyperloop, la course au train supersonique

Imaginé par le prolifique Elon Musk, Hyperloop est un concept de train supersonique capable d’atteindre la vitesse de pointe de 1000 kilomètres/heure. De nombreux pays travaillent actuellement à son développement, et la France en fait partie.

 

Les Etats-Unis, la Chine, le Canada, la Slovaquie, l’Ukraine, la Russie, la France… la liste des pays qui travaillent sur un ou plusieurs projets de lignes Hyperloop ne cesse de s’agrandir. Mais Hyperloop, c’est quoi ? Derrière ce nom futuriste se cache un concept couché sur le papier par Elon Musk, patron de Tesla et SpaceX. Il s’agit d’un mode de transport prenant la forme d’une capsule de voyage enfermée dans un tube sous basse pression, servant à propulser la capsule. Des frictions mimines pour faire « glisser » la capsule, quant à elle propulsée par des moteurs à induction, le tout à un vitesse très élevée. Plus le parcours est long et plus la vitesse élevée, mais on parle d’une moyenne située aux environs de 1000 km/h.

Hyperloop est bien plus qu’un projet sur papier : plusieurs pistes de tests ont déjà été construites, et le concept est affiné rapidement par plusieurs groupes d’études indépendants. Hyperloop One et Hyperloop Transportation Technologies (HTT) sont les plus significatifs, et ont déjà convaincu plusieurs pays qui veulent construire des lignes dans les prochaines années.

 

Objectif 2020

Qui inaugurera la première ligne Hyperloop ? Les projets se bousculent. La Slovaquie a été l’un des premiers pays à montrer son intérêt, pour relier Bratislava à Vienne et Budapest, pour des trajets de 10 minutes maximums, contre une à deux heures actuellement par le train classique. Aux Etats-Unis, l’un des projets actuellement en cours de développement devrait relier Las Vegas à Los Angeles, pour réduire considérablement le temps de trajet du Nevada à la Californie, principalement séparés par des routes désertiques.

Récemment, la Corée du Sud est entrée dans la danse, en signant un accord avec HTT pour une ligne destinée à traverser le pays, de Seoul à Busan, en une vingtaine de minutes. Un projet déjà bien avancé sur le papier, et dont le chantier pourrait commencer dans les prochains mois.

Du côté de la France, c’est à Toulouse qu’un chantier devrait démarrer dès fin 2017, sur l’ancienne base aérienne de Toulouse Francazal. Porté là encore par les technologies de HTT, le projet en est actuellement au stade des signatures entre l’Etat, Toulouse Métropole et l’entreprise américaine.

Dans la plupart des cas, les projets évoquent des réalisations concrètes à l’horizon 2020. Mais cela ne veut pas nécessairement dire que des trains supersoniques circuleront à travers le monde dans seulement trois ans : il faut s’attendre à la mise en place de circuits de tests visant à faire valider les technologies avant que les autorisations permettant le transport de passagers ne soient signées. Il faudra donc encore un certain temps avant de monter dans un Hyperloop, mais les projets se concrétisent, petit à petit, et on peut s’attendre à voir se développer d’autres démarches, en France et ailleurs, dans les années à venir.

 

Audrey Oeillet

Partager cet article

Read Full Story