Aux limites de l’innovation

Holo-Math : la Réalité Augmentée au secours des maths !

Comment présenter les mathématiques dans un musée afin de les rendre attrayantes ? Le projet Holo-Math compte bien y parvenir en s’appuyant sur la Réalité Augmentée.

 

Comparées à d’autres domaines d’activité scientifiques, les mathématiques ne sont pas la matière la plus fun à mettre en scène dans le cadre d’expositions visant à en faire la promotion, notamment auprès d’un public scolaire.

Là où physique et chimie rivalisent d’expériences amusantes, de dispositifs démontrant tel et tel effet remarquable, les mathématiques n’ont rien de bien captivant à présenter au visiteur.

 

Au-delà du partage des connaissances et de la transmission du savoir, l’enjeu est important. Actuellement, la France fait partie des pays les plus réputés au monde en matière de recherche mathématique. D’après une étude de 2015 du cabinet de conseil CMI, les mathématiques contribueraient à 285 milliards d’euros de valeur ajoutée à notre économie, soit 15% du PIB. Mais le désintérêt des étudiants pour les sciences mathématiques auquel on assiste depuis des années est préoccupant pour l’avenir. À cet enjeu économique s’ajoute également un risque de voir s’aggraver les déterminismes sociaux et de genre : pour diverses raisons socio-culturelles, les filières mathématiques attirent en majorité les étudiants masculins des milieux favorisés.

 

Une science augmentée

 

C’est ici qu’entre en scène le casque Hololens de Microsoft. Ce dispositif autonome permet à son utilisateur d’observer des objets, des effets visuels en 3D superposés à l’environnement dans lequel il se trouve.

le casque Hololens de Microsoft
le casque Hololens de Microsoft

À l’initiative de l’Institut Henri Poincaré et de son directeur Cédric Villani, le projet Holo-Math a donc été lancé dans le cadre de l’ouverture de la future Maison des Mathématiques de Paris, prévue au premier semestre 2020. Les dispositifs Hololens de « science augmentée » qui y seront installés donneront ainsi aux visiteurs l’opportunité de s’immerger au sein d’expériences vivantes et interactives, accompagnés d’un médiateur humain, voire d’un avatar.

 

Il faudra attendre 2018 !

 

D’ici là, un projet pilote portant sur le mouvement brownien sera testé auprès du public fin 2017. Cette démonstration qui immergera l’utilisateur au sein de particules animées de mouvements aléatoires devrait permettre de peaufiner Holo-Math grâce aux retours des expérimentateurs, avec pour objectif la mise en place de 6 expériences interactives entre 2018 et 2020.

Dans cette optique, le studio français One More, spécialiste de la conception d’images 3D photoréalistes, s’est vu confier la création, la supervision narrative et artistique, ainsi que la création 3D de Holo-Math. Par ailleurs, ce projet est mené avec l’association Imaginary (Allemagne), le Centre de recherches interdisciplinaires (CRI, France), la startup Holo-Light (Autriche) et le studio d’enregistrement Kouz (France).

 

En plus de l’objectif pédagogique destiné à réenchanter les sciences mathématiques, Holo-Math pourrait également constituer à terme un outil intéressant pour les scientifiques, tout autant qu’un levier facilitant le financement de la recherche dans le domaine.

 

Cyrille Baron

 

Illustration : Holo-math / Cédric Villani, lauréat de la médaille Fields en 2010.

 

Partager cet article

Read Full Story