Emineo, le mannequin connecté qui révolutionne la confection

Quand l’innovation se met au service de la mode, c’est le travail d’un ensemble de corps de métiers qui est bouleversé… pour changer à terme le modèle de production de toute une industrie ! Découvrez les possibilités étonnantes d’Emineo, le premier robot connecté capable de changer de mensurations en un clic.

 

  

 

Euveka, prix de l’innovation 2017 de l’ANDAM

Cette année, la prestigieuse Association Nationale pour le Développement des Arts de la Mode (ANDAM) a ouvert un tout nouveau « prix de l’innovation » pour distinguer un projet technologique appliqué à la mode. Les domaines ouverts au concours sont larges : de la conception à la distribution en passant par la production, tout type de proposition est étudié…

Le projet qui fera la différence ? Innovant, créatif, technologique, il devra tendre vers le développement d’une mode responsable qui sait prendre en compte les enjeux économiques, écologiques et sociaux du secteur.

Ce projet, c’est celui d’Euveka. Lauréate du prix 2017, cette société française installée dans la Drôme, fondée par Audrey-Laure Bergenthal, a imaginé une solution robotique et connectée aux allures de petite révolution pour les entreprises.

Pour s’en rendre compte, il suffit de se remémorer toutes les fois où nous nous sommes dit qu’un vêtement était « mal coupé », ou peu adapté à notre morphologie. Si certaines enseignes sont plus visées que d’autres par ce genre de remarques, Euveka pourrait bien changer la donne dans les années à venir.

En effet, le robot qu’elle a conçu est capable, en moins d’une minute, d’adopter les mensurations exactes d’une personne. Ses possibilités sont quasi-illimitées : sa capacité de transformation couvre 80 % des morphologies caucasiennes, asiatiques et méditerranéennes. Il peut entrer dans la peau d’un 34 comme d’un 48, avec une infinité de modulations possibles dans le rapport poitrine / taille / hanches.

Il lui est donc possible d’adopter les mensurations d’un public-type ciblé, et de garantir aux enseignes que les vêtements seront, dans la mesure du possible, adaptées aux morphologies d’un maximum de clients.

Au-delà de cet objectif, Audrey-Laure Bergenthal souligne l’économie des matières textiles que son prototype permet de réaliser. En réalisant la mise au point du vêtement à une taille exacte, le robot évite de gaspiller du tissu là où il aurait desservi une coupe idéale.

Dans le domaine de la production de masse, cela signifie le passage d’un modèle d’hyperproduction, qui génère un important stock d’invendus, à un modèle de targeting, qui permettra de produire moins…et mieux !

Pour recueillir les données d’un maximum de consommateurs et adapter l’offre à la demande, la société réfléchit actuellement à la mise au point d’un système de prise de mesures par extraction à partir de photos ou de vidéos.

Un robot high tech au pilotage intuitif

Les mannequins intelligents, déclinés en trois modèles (de l’entrée de gamme baptisée « Emineo » au plus élaboré, « Kynetheo »), sont liés à un logiciel de CAO et de modélisation 3D personnalisé et intuitif. Ce dernier peut être utilisé à partir d’une tablette ou d’un ordinateur (MAC ou PC). La manipulation a l’air d’une simplicité remarquable : le robot s’ajuste aux mensurations saisies dans un fichier excel qu’il suffit d’importer dans le logiciel.

kynetheo
Kynetheo, la version la plus élaborée du robot d’Euveka.

 

La version médium, qui embarque un certain nombre de capteurs, permet de collecter des données sur le vêtement en mesurant la pression, la température et même l’impact d’un choc sur le corps.

 

Les publics visés : du luxe au sport, en passant par la médecine et l’armée

Le produit intéresse déjà les secteurs du luxe, de la grande distribution, l’univers du sport, du médical et même de la direction générale des armées… Autant dire qu’Euveka répond à une demande réelle, et que son projet vient combler un vide que probablement peu de ces industries auraient su formuler.

Plus généralement, il est destiné à l’ensemble des modélistes ayant l’ambition de gagner du temps (et de l’argent) en simplifiant les processus de conception de leurs prototypes de vêtements.

Le prix garantit à la créatrice un coup de pouce de 30 000€ pour le développement de son projet en France, ainsi qu’un accompagnement d’un an aux côtés de Pascal Morand, président exécutif de la Fédération Française de la Couture et membre de l’Académie des Technologies.

Parmi les autres avantages que lui confère la distinction, elle bénéficiera d’un accès à l’ensemble du réseau de l’association ainsi qu’à un certain nombre d’incubateurs prestigieux.

De quoi lui assurer une implantation solide et les outils nécessaires pour toucher un maximum de clients. Le traditionnel mannequin en bois risque d’être vite détrôné par son homologue 2.0, puisque ces robots évolutifs seront commercialisés dès cette année.

Partager cet article

Read Full Story