Aux limites de l’innovation

Courses de drones géants : sport spectacle de demain ?

by Eddie Codel
Director, Flying Robot International Film Festival

Les pilotes font évoluer ce sport en utilisant des drones plus grands et plus puissants qui pourraient avoir des conséquences sur l’avenir de l’utilisation commerciale de ces appareils.

Les courses de drones deviennent un sport grand public, mais de nombreux pilotes les rendent encore plus spectaculaires. Les courses d’obstacles avec de petits drones semblables à des abeilles s’avèrent grisantes. Pourtant, de plus en plus de pilotes se tournent vers des appareils de plus grande taille, plus puissants, afin que ce sport ressemble davantage à une expérience de stock-car NASCAR source d’adrénaline qu’à une course de karts aérienne.

Les pilotes casse-cou comme Zoe Stumbaugh (alias ZoeFPV) et Kevin Sellers (alias SlashedFPV) craquent pour les drones X Class d’une envergure d’environ un mètre. Dans de nombreux cas, ces drones géants font deux fois la taille de ceux utilisés dans des compétitions populaires comme le Drone Grand Prix. Ils peuvent présenter l’agilité et la vitesse de leurs homologues mini-quadricoptères plus petits, mais posent de plus grandes difficultés pour les constructeurs et les pilotes. Ils peuvent également être à l’origine d’accidents plus spectaculaires que les drones de plus petite taille, situation douloureuse pour les pilotes mais inoubliable pour les spectateurs.

« Ce qui me motive dans les courses X Class, c’est leur échelle impressionnante », déclare Zoe Stumbaugh, pilote de drones bien connue qui a récemment fait une apparition dans la série de vidéos FlightLab d’Intel. « Nous travaillons avec des machines qui ne ressemblent pas à des jouets, mais dont la puissance peut avoir de graves conséquences. »

Zoe Stumbaugh explique que les sensations qu’elle ressent avec de grands drones ressemblent à celles qu’elle éprouvait en conduisant sa moto. Construire des drones et partager ses compétences avec d’autres pilotes font également partie de l’aventure.

La première course de drones X Class connue a eu lieu le 4 février sur le terrain du club Livermore Flying Electrons de l’AMA en Californie. Team Vondrone, considérée comme la première équipe X Class organisée, y a affronté quatre concurrents. [Disclosure: writer Eddie Codel is a supporting member of Team Vondrone.]

Chaque pilote avait construit son propre drone multirotor à grande échelle. Sans norme ni indication quant à l’agencement du cadre, au nombre de moteurs, à la taille ou au poids des composants, les courses de drones X Class restent une expérience, mais qui présente un grand potentiel.

Zoe Stumbaugh s’est intéressée aux courses de drones de plus grande taille, car les mini-quadricoptères atteignent leurs limites de performance. Selon elle, les drones X Class disposent d’une grande marge de développement.

« J’ai déjà plus ou moins arrêté les courses de mini-quadricoptères », affirme-t-elle. « Je continuer de piloter et d’aimer ces appareils, mais je me concentre désormais sur (les drones plus grands de) la classe 1000. Ils permettent de réaliser plus de prouesses techniques et d’avancées technologiques. »

Course de drones géants : drone au sol
Les drones X Class ont une envergure d’environ un mètre. Image reproduite avec l’aimable autorisation d’Eddie Codel.

Pour Zoe Stumbaugh, les pilotes ne sont pas prêts d’atteindre le potentiel de ces grandes machines. La maniabilité est essentielle, mais elle a hâte de pousser son grand drone à des vitesses supérieures, plus du double des 95 kilomètres/heure des mini-quadricoptères.

« Je pense que nous atteindrons les 160 km/h dans les deux prochains mois », prédit-elle. « Avec un peu de chance, nous arriverons à 240 d’ici la fin de l’année. »

Pour y parvenir, de nouveaux modèles et technologies seront nécessaires.

« La majorité du matériel que nous utilisons a été créé pour les plateformes vidéo aériennes », précise Kevin Sellers. « Il dispose de la capacité de levage, mais n’est pas conçu pour la vitesse ou la réactivité dont nous avons besoin pendant une course. »

Course de drones géants : homme portant un drone hors de la piste
Les pilotes construisent leur propre drone multirotor à grande échelle pour la compétition. Image reproduite avec l’aimable autorisation d’Eddie Codel.

Les drones X Class peuvent s’appuyer sur les contrôleurs de vol, les caméras et quelques autres technologies employées par les pilotes de mini-quadricoptères, mais Zoe Stumbaugh estime qu’il faudra beaucoup innover pour améliorer les performances des drones de plus grande taille. De nouveaux contrôleurs de vitesse (ESC pour Electronic Speed Controllers), de nouveaux moteurs et des hélices plus efficaces sont nécessaires. Zoe constate que des fabricants commencent à comprendre ces besoins.

« Ils ne pensent pas uniquement à la durée de vol », déclare-t-elle. « Ils veulent commencer à construire des machines plus rapides et capables de participer à des courses. »

Nous n’en sommes qu’aux débuts des courses de grands drones, mais selon Anil Nanduri, vice-président du groupe New Technologies et directeur général du segment UAV chez Intel, les innovations technologiques qui proviennent du sport pourraient profiter à l’industrie des drones commerciaux. Son équipe a récemment annoncé l’Intel Falcon 8+, drone commercial conçu avec des capteurs et une technologie de pilotage automatique pour lui permettre de capturer des données de précision aérienne (pour plus d’informations, lisez cet article).

« Même si les critères des drones commerciaux dépendent de leurs besoins spécifiques, l’utilisation de nouveaux matériaux ou de nouveaux modèles de rotors et d’hélices, les communications radio FPV, la diminution de la latence et d’autres innovations associées aux courses de drones pourraient s’appliquer à l’industrie des drones commerciaux », confie Anil Nanduri.

À l’instar des compétitions d’e-sports comme les Intel Extreme Masters, Anil Nanduri ajoute que les courses de drones de diverses formes attireront au fil des années des sponsors enthousiastes à l’idée de participer à de nouveaux événements sportifs et de divertissement.

« De nombreux petits fournisseurs répondent aux besoins des courses de drones, et leur nombre va continuer d’augmenter », certifie-t-il.

Course de drones géants : drone sur une table.
Les drones de plus grande taille auront besoin de nouveaux ESC, de nouveaux moteurs et d’hélices plus efficaces. Image reproduite avec l’aimable autorisation d’Eddie Codel.

Zoe Stumbaugh est persuadée que la participation des fabricants et sponsors offrira un énorme coup de pouce aux courses de drones et aidera ce sport à devenir plus rapidement populaire.

« Nous avons besoin d’équipes sponsorisées pour qu’elles obtiennent les pièces dont elles ont besoin pour ces machines », conclut-elle. « Il ne s’agit plus d’un mini-quadricoptère que vous pouvez construire pour quelques centaines d’euros. Par conséquent, nous avons besoin de sponsors. En particulier lorsque ces machines s’écrasent, car cela coûte cher. »

Zoe Stumbaugh et Kevin Sellers préparent actuellement leurs drones géants pour la prochaine démonstration X Class qui aura lieu le 29 avril au Flite Fest West de Vallejo en Californie. Il pourrait bien s’agir d’une course historique entre des drones X Class qui dépassent le seuil des 160 km/h.

Ken Kaplan a contribué à cet article.

Partager cet article

Read Full Story