Aux limites de l’innovation

Comment Stephen Hawking continue à parler grâce à Intel

Le professeur Stephen Hawking est connu tant pour sa voix de synthèse que pour son travail révolutionnaire sur la relativité générale et les trous noirs. Intel collabore avec le professeur depuis 1997 pour gérer et améliorer l’ordinateur d’assistance qui lui permet d’interagir avec le monde qui l’entoure. Avec l’avancée de la maladie neuromotrice du professeur Hawking, sa capacité à communiquer s’est réduite à un mot par minute.

L'ingénieur principal et chef de projet Intel Lama Nachman et le professeur Hawking travaillant sur le réglage du système de communication

Le professeur Hawking ne recherchait pas un système totalement nouveau

Son système informatique utilise une interface temporisée rudimentaire. Un curseur balaie automatiquement un clavier virtuel et, lorsque le physicien de renom contracte sa joue, un capteur infrarouge se déclenche. Le curseur s’arrête et sélectionne la touche ou l’option sur laquelle il était positionné à cet instant précis.

Ce système n’est pas parfait. Si les ingénieurs d’Intel pouvaient concevoir un système d’assistance de toutes pièces, il n’aurait certainement pas la même allure. Ce système pourrait utiliser une technologie d’oculométrie de pointe ou s’appuyer sur un électroencéphalogramme (EGG), qui traduirait l’activité du cerveau en commandes simples. Le problème était le suivant : le professeur ne recherchait pas un système totalement nouveau.

Hawking et l'assistante de projet Jeanna Lee York

« Stephen a utilisé la même interface pendant plusieurs décennies », explique Lama Nachman, ingénieur principal du secteur User Experience Research d’Intel Labs. « Il y est vraiment attaché. Par conséquent, notre tâche consistait à garder l’expérience utilisateur qui lui était familière, et à la faire évoluer sur les plans de l’intuitivité et de la puissance. »

Hawking chez lui

Nouveau prédicteur de mots de SwiftKey

Deux ans de travail avec le professeur Hawking ont été nécessaires pour les phases de test et de correction d’erreurs. Le résultat a débouché sur une version améliorée et sur mesure de son système d’origine. Lama Nachman et l’équipe ont codé à nouveau le logiciel en repartant à zéro, ce qui a permis l’ajout de nouvelles fonctionnalités. L’une des grandes avancées est le nouveau prédicteur de mots de SwiftKey. Comme pour le clavier d’un smartphone moderne, le système se base sur les claviers alternatifs du SDK de SwiftKey pour Android et iPhone qui s’adaptent à l’utilisateur au fil du temps. Il est capable de compléter des mots automatiquement au fur et à mesure de leur saisie. Il peut également prédire le prochain mot généralement utilisé, ce qui réduit considérablement le nombre de « clics » nécessaires à Hawking pour écrire.

Hawking et son aide-soignant Pete lisant le journal

Comme ils ne pouvaient pas modifier l’interface informatique du professeur, Lama et son équipe ont cherché d’autres possibilités d’optimisation. Ils ont commencé par observer la façon dont le professeur Hawking utilisait son système, en suivant certains « flux d’interaction » : rédaction de documents ou d’e-mails, tenue de conférences, recherche sur le Web et lecture de fichiers PDF. Une fois un flux identifié, les ingénieurs ont tenté de le rationaliser.

« Si vous travaillez avec Microsoft Word, », explique Lama, « un logiciel qu’utilise beaucoup Stephen, vous remarquerez que vous faites appel plus fréquemment à certaines fonctionnalités, comme l’ouverture d’un document, l’enregistrement, la modification… Nous avons ajouté de nombreux menus contextuels à son système. Il peut ainsi en sélectionner un grâce à un simple clic, plutôt que d’utiliser la souris pour accéder au menu et sélectionner une option. Nous avons créé un certain nombre d’options contextuelles à travers le système pour optimiser la vitesse d’utilisation. »

Hawking utilisant son nouveau système de communication

Intel fait avancer le domaine de la technologie d’assistance

Le professeur Hawking a utilisé son nouveau logiciel pendant plusieurs mois, tandis que Lama et son équipe effectuaient le débogage et affinaient son paramétrage. Le développement du système arrive à son terme et Intel envisage ensuite de le rendre disponible auprès de la communauté open source. Il sera alors possible de récupérer la plate-forme et de pousser encore plus son développement. Intel espère que ces transformations technologiques réalisées avec le professeur Hawking permettront d’aider les personnes en situation de handicap et de faire avancer le domaine de la technologie d’assistance.

Hawking chez lui dans sa bibliothèque

Une maladie neuromotrice a été diagnostiquée chez le professeur Hawking âgé alors de 21 ans. Son espérance de vie ne devait pas dépasser 25 ans. Grâce à la technologie, il a non seulement défié les coups du Destin, mais a également reconquis son indépendance et s’est accroché obstinément à son identité, même si cela impliquait de faire l’impasse sur certaines évolutions technologiques.

Partager cet article

Thèmes associés

Innovation technologique

Lire ensuite

Read Full Story