Aux limites de l’innovation

Capturer les merveilles de Mère Nature en haute montagne

Gravir les plus hautes montagnes du monde pour capturer des images et des vidéos fantastiques présente plusieurs défis uniques. Des trépieds, un PC et un drone faisaient partie de l’équipement transporté par une équipe de safari photo du Kazakhstan qui s’est attaquée au Pamir, plus vaste massif d’Asie centrale.

Une aventure particulièrement ardue

Le Pamir est difficile à escalader, même pour les alpinistes professionnels. Le plateau est vaste, l’altitude change fréquemment, tout comme le climat, d’une zone à l’autre. Les voyageurs sont forcés de s’adapter à ces conditions tout au long du parcours. La plus grande partie de l’itinéraire se trouve à plus de 4 000 mètres, altitude à laquelle l’air se raréfie, anéantissant les personnes et l’équipement. Pour cette raison, une expédition dans le Pamir exige que les membres soient en excellente forme physique et portent des vêtements et un équipement adaptés à la montagne.

« Nous avons beaucoup voyagé, nous connaissions donc plutôt bien les difficultés qui nous attendaient et savions qu’une longue préparation serait nécessaire. Mais comme il s’agissait d’une nouvelle frontière pour nous, il était difficile de tout prévoir », déclare Konstantin Kikvidze, l’un des membres de l’expédition. « Notre principal problème résidait dans le fait que nous ne nous étions jamais attaqués à des massifs montagneux aussi élevés. Nous devions préparer un équipement automobile, des drones, des vêtements spéciaux et, plus important, nous devions être en bonne forme physique. En haute altitude, quasiment tout le monde souffre d’hypoxie et de différents symptômes de faiblesse. Deux mois avant le départ, nous avons donc commencé à nous entraîner, en randonnant et en escaladant dans les montagnes, afin de nous acclimater plus facilement. »

810_5646-1024x760

Déserts lunaires et cratères martiens 

Il leur a fallu presque autant de temps pour établir un itinéraire : l’expédition n’avait pas simplement pour objectif de tester leur résistance physique, mais de créer une opportunité de photographie insolite. Pour les experts de la photo et de la vidéo, de tels endroits représentent un trésor naturel. Le Pamir offre une culture riche et intéressante, des habitants positifs et pittoresques, ainsi que des panoramas exceptionnels. Les paysages verdoyants laissent place aux sommets enneigés de l’un des massifs les plus élevés au monde. Ils rappellent même la Lune et Mars : des montagnes grises et brunes, un lieu déserté et l’impression que personne ne s’y est jamais rendu.

DSC00404-1024x653

Un corps et un mental forts

Troisième et dernière étape importante de la préparation de l’équipe : le choix du matériel spécial adapté, notamment de l’équipement photographique. Ironiquement, en s’éloignant de la civilisation pour se rendre dans une nature vierge, les aventuriers avaient surtout besoin d’une technologie de pointe.

« Le camp de base près du pic Lénine est accessible à pied uniquement. Il nous a donc fallu transporter tout l’équipement de tournage, de stockage et de traitement sur nos dos. Il n’est pas facile de couvrir 12 à 15 km en escaladant une montagne avec un drone, des caméras et plusieurs objectifs, ainsi qu’un sac de couchage et un kit pour installer le camp », explique Konstantin. « Nous avons essayé d’économiser nos batteries, car il n’y a pas d’électricité au sommet et des batteries de rechange auraient encore alourdi notre charge. La tâche n’a toutefois pas été aisée, cat le paysage change sans cesse et les couleurs incroyables ne nous permettaient pas de poser la caméra longtemps. »

kk1-1-1024x757

Les photos et vidéos rassemblées pendant des expéditions comme celle-ci sont uniques à bien des égards, dans le sens où il est difficile de repasser un col de montagne ou de photographier un glacier une deuxième fois afin de recapturer un moment particulier. Pour le stockage et le traitement des quantités importantes de matériau, l’équipe de safari photo a utilisé des 2 en 1 mis à l’épreuve équipés de processeurs Intel® Core™. Ces portables convertibles fins ne prenaient beaucoup pas de place et tenaient longtemps la charge, ce qui permettait aussi de les utiliser pour paramétrer l’équipement photo et contrôler le drone quadricoptère.

« Nous-mêmes devions « régler nos paramètres » et nous « recharger » de temps en temps », confie Ekaterina Koshko, membre de l’équipe. « Nous utilisions quasiment tous une application de suivi qui surveillait nos signes vitaux durant l’ascension et lorsque nous nous trouvions au sommet. Si notre pouls était trop élevé pendant la montée, nous nous arrêtions pour prendre des photos et reprendre notre souffle. »

DSC9722-1024x598

Les conditions météorologiques extrêmes les ont parfois également amenés à chercher un abri. « À cette altitude et avec une telle basse pression, le quadricoptère a arrêté de suivre les commandes et nous en avons complètement perdu le contrôle. Nous avons été chanceux, car il a atterri à quelques mètres seulement de la route (pas à un kilomètre) et nous l’avons retrouvé rapidement. »

Voyage dans un autre monde

Malgré toutes ces difficultés, rien n’a réussi à gâcher l’impression de l’équipe sur le Pamir et ses habitants. Même si vous pouvez regarder les paysages dans un album ou sur l’écran d’un ordinateur, ce n’est qu’en personne que vous pouvez vraiment absorber la culture unique des populations locales, découvrir leur quotidien et leurs traditions, ressentir l’accueil chaleureux de ces montagnards.

« Les habitants du Pamir sont très gentils, accueillants et toujours prêts à aider les voyageurs. Ils ne connaissent pas le confort de la civilisation. Leur quotidien a très peu changé depuis l’époque soviétique. Leur vie est difficile », racontent les membres de l’équipe. « Sur des routes apparemment désertes, vous rencontrez souvent des maisons isolées et de jeunes enfants qui commencent à parler anglais, apparemment parce qu’un grand nombre d’étrangers passent par là. »

810_6235-1

Konstantin ajoute : « Nous avons été également surpris que toute cette technologie ne nous éloigne pas de la nature, mais nous permette plutôt d’établir un dialogue entre la nature et la civilisation. C’est uniquement grâce à cette technologie de pointe que nous avons été en mesure de révéler autrement la beauté et l’atmosphère du Pamir. Nous espérons que notre projet inspirera des aventuriers à conquérir de nouveaux sommets, au propre comme au figuré. »

DSC01040-1024x684

Auteur : Elena Smirnova

Share This Article

Related Topics

Style de vie

Read This Next

Read Full Story