BOINC : cédez la puissance inexploitée de votre PC à la recherche

On utilise assez rarement toute la puissance de calcul d’un ordinateur. C’est dommage car cette puissance de calcul serait bien utile à d’autres ! Avec BOINC, on peut en faire profiter des chercheurs et autres scientifiques et ainsi les aider à effectuer des calculs complexes.

 

Quand on joue, quand on surfe sur Internet ou quand on lit une vidéo, on n’utilise qu’une partie de la puissance de calcul de son ordinateur. Du coup, une partie non négligeable de puissance de calcul est inexploitée. C’est dommage, car d’autres en auraient bien besoin ! En effet, elle pourrait être utile à l’un des nombreux projets soutenus par le Berkeley Open Infrastructure for Network Computing, aussi connu sous l’acronyme de BOINC.

 

Ensemble, on va plus loin

Le concept de BOINC est très intelligent. Il part du postulat que la recherche scientifique nécessite très souvent de traiter une quantité colossale de données, qu’il faut calculer, analyser ou encore trier. Même avec des ordinateurs très puissants, la quantité de données est telle qu’il faudrait parfois des dizaines d’années, voire plus, pour tout traiter.

C’est là qu’interviennent les internautes. Ces derniers sont invités à télécharger un petit logiciel, qui va s’occuper de télécharger des blocs de données. Ces blocs seront traités localement sur l’ordinateur individuel, puis renvoyés sur les serveurs du projet. Ainsi, en mutualisant des milliers de machines à travers le monde, les calculs se font plus rapidement. Et comme le logiciel BOINC ne fonctionne qu’avec la puissance non-exploitée des machines des internautes, les participants ne se rendent pas compte que leur ordinateur travaille en arrière-plan.

En 2016, BOINC comptait 240 000 ordinateurs actifs à travers le monde, pour une puissance totale moyenne de calcul d’environ 18 PFLOPS. Un atout énorme pour les projets intégrés à l’initiative, qui n’ont pas accès seuls à autant de ressource.

 

Un large choix de projets à soutenir avec BOINC

A l’origine, le Berkeley Open Infrastructure for Network Computing a vu le jour en 2002 pour soutenir le projet SETi@Home, qui a toujours pour objectif d’analyser les données récoltées par le radiotélescope d’Arecibo, à Puerto Rico, dans l’optique de détecter une vie intelligente non terrestre à travers l’espace. Les analyses de données continuent activement via BOINC, sans succès pour le moment, mais peut-être qu’un jour, les calculs d’un internaute permettront de déceler un signal extraterrestre, qui sait !

Anayse de données SETI
Anayse de données SETI

Aujourd’hui, BOINC prend en charge des dizaines de projets, dans des catégories variées. Sciences physiques, mathématiques, intelligence artificielle, recherches médicales… les internautes peuvent choisir librement un ou plusieurs projets à soutenir. Les blocs se téléchargent un par un et sont traités progressivement par l’ordinateur. Il est également possible d’adhérer à des groupes en ligne, qui proposent régulièrement des compétitions bon enfant dans le but de dynamiser les participations.

 

Une manière de soutenir la recherche

En somme, BOINC est une solution simple et efficace pour soutenir de multiples projets de recherches. Pas besoin de dépenser pour faire une différence : il suffit de donner un peu de la puissance de son ordinateur à des causes qui comptent.

Pour participer, c’est très simple : il suffit de se rendre sur le site officiel du Berkeley Open Infrastructure for Network Computing et de télécharger gratuitement le logiciel, qui est disponible sur toutes les plateformes. Une fois installé, le logiciel vous permettra de choisir les projets que vous souhaitez soutenir : on vous conseille d’opter pour deux ou trois projets pour commencer, pour être bien actif sur l’ensemble. Vous pouvez également trouver plus d’informations sur BOINC et son utilisation en France sur le site de l’Alliance Francophone, qui dispose notamment d’un forum communautaire assez actif.

 

Audrey Oeillet

Partager cet article

Read Full Story