Éducation

Apprendre les bases du codage à l’âge adulte

Le rôle de la technologie dans notre quotidien ne cesse de s’accroître, mais ceux qui n’ont pas été exposés aux ordinateurs ou aux langages de programmation à l’école se retrouvent face à deux choix : apprendre de nouvelles compétences ou rester à la traîne.

Un soir, Joachim Horn, adolescent doté d’un esprit d’analyse, étudiait à la table de la cuisine pendant que son jeune frère Sam cuisinait des pâtes. Sam a toujours été du genre créatif, quelqu’un qui fabriquait des objets avec ses mains.

Joachim enviait les talents culinaires de Sam. Il aurait aimé savoir cuisiner. Lorsqu’il fit part de ses réflexions à son frère, celui-ci relativisa : « Avec les bons ingrédients, tout le monde peut cuisiner. »

Joachim Horn
Joachim Horn

Si Joachim avait remplacé « cuisiner » par « coder », il aurait exprimé un sentiment commun. Nous vivons dans un monde qui dépend de la technologie, pourtant la majorité des adultes disposent de peu de connaissances pratiques sur la programmation informatique, voire aucune. Contrairement aux étudiants actuels, de nombreux adultes n’ont jamais été exposés à ces compétences à l’école et les perçoivent comme une tâche insurmontable.

Les débutants ne doivent pas pour autant se décourager de plonger dans les univers complexes de SQL, Java, C++ ou de tout autre langage de programmation. De nombreuses ressources sont proposées pour aider les codeurs novices. La première étape consiste à s’engager à apprendre quelque chose de nouveau.

Après cette révélation autour des pâtes, Joachim Horn prit la sagesse de son frère à cœur et fit son possible pour offrir à chacun les bons ingrédients pour coder.

« Je voulais que les gens disposent de la puissance et des outils nécessaires pour inventer et innover », déclare-t-il.

C’est ainsi que le bien nommé projet SAM Labs vit le jour. Il rejoignit bientôt le programme Intel Education Accelerator conçu pour les startups dédiées à l’éducation en ligne (Edtech), qui aspirent à transformer l’éducation afin d’assurer la réussite des élèves.

Projet SAM Labs
Projet SAM Labs

Joachim Horn souhaitait encourager davantage d’enfants à poursuivre une carrière dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STIM). Parallèlement, il s’attela à la création d’un produit nécessitant des compétences en logiciels et en matériel, qui pourrait être utilisé de façon intuitive par tous, sans distinction d’âge, de sexe, d’origine et de niveau de compétences.

Le kit de construction intelligente SAM, qui comprend des blocs SAM et l’application SAM Space, atteint tous ces objectifs. Les blocs connectés par Bluetooth disposent chacun d’un composant différent (éclairages, capteurs de température, boutons, etc.). Ils communiquent entre eux via l’application, qui permet à l’utilisateur de déplacer (par glisser-déposer) les blocs à l’écran pour les connecter dans le monde physique, et ainsi créer toutes sortes d’objets allant d’un flipper à une montre connectée SAM.

Selon Joachim Horn, SAM offre aux enfants et aux adultes un moyen ludique de bricoler et de se familiariser avec les compétences dont ils auront besoin pour coder avant d’apprendre les langages à proprement parler. En tant que débutants, les utilisateurs peuvent voir comment les actions qu’ils réalisent avec les blocs se traduisent dans le code avant de passer à l’étape de personnalisation.

Arduino 101, kit de 30 dollars comprenant un module de calcul Intel Curie, affiche un objectif similaire : apprendre aux adultes et aux enfants les bases d’Arduino. Ils peuvent se contenter de ces concepts ou continuer à développer des techniques plus avancées pour donner vie à leurs propres inventions technologiques, des robots et drones aux moniteurs de fréquence cardiaque.

Craquer le code

Adam Benzion, PDG et co-fondateur de Hackster.io, communauté en ligne consacrée à l’apprentissage du matériel, explique que les outils pour débutants et les jouets intelligents ont été essentiels à sa découverte du monde de la programmation.

Coding-101_SAM-Labs-Kit-e1475260296656
Kit SAM Labs

« Code.org est toujours parfait pour cela », ajoute-t-il. « Il y a aussi ce livre intitulé Python for Kids de Jason Briggs que j’ai trouvé très utile et simple à suivre. »

Adam Benzion recommande aussi A Smarter Way to Learn JavaScript de Mark Myers et  Programming the Raspberry Pi de Simon Monk. Cependant, même avec toutes les ressources du monde…

« Le codage est difficile », avoue Adam Benzion. « Il ne suffit pas d’apprendre. Cette activité requiert un travail quotidien et de la détermination. »

Pour le jeune homme, il existe une idée fausse selon laquelle tout le monde en est capable.

« Même si c’est en partie vrai, certains sont prêts à s’exercer davantage en cas de doute. Il s’agit sans aucun doute d’une activité réalisable, mais qui n’est pas simple. »

Impliquer la communauté

La programmation peut certainement être intimidante au départ, mais ceux qui ont développé de solides connaissances suggèrent de se rendre à des manifestations, de suivre des cours, de s’inscrire à des clubs ou des programmes accélérateurs, de poser des questions sur Reddit ou Stack Overflow et d’établir des connexions avec la communauté des makers.

Coding-101_group-learning-e1475260336273

Pour Aaron Tersteeg, responsable de l’équipe Internet of Things Evangelism chez Intel, qui côtoie de nombreux makers et développeurs, le codage n’est pas l’activité solitaire que certains imaginent.

« L’erreur numéro un est de penser que vous pouvez tout faire tout seul. Cherchez de l’aide avant d’en avoir besoin », recommande Aaron Tersteeg.

« Mon principal conseil est Codez, codez, codez ! », poursuit-il. « Trouvez des exemples. N’ayez pas peur de casser des pièces. Apprenez des autres.Les membres de la communauté partagent très généreusement leur temps. Rendez-vous dans les lieux de rencontre, postez sur les forums et ne vous laissez pas intimider par l’expérience de quelqu’un. La plupart des codeurs sont plus que prêts à aider les débutants. »

Rester motivé

Se lancer pourrait bien représenter la plus dure bataille, mais apprendre un nouveau langage implique beaucoup de pratique, même si ce langage ne semble fait que de 1, de 0 et de termes techniques. « Travaillez chaque jour, pas de temps en temps », conseille Adam Benzion, qui confesse que cette notion fait partie des choses qu’il aurait aimé connaître lorsqu’il s’est lancé dans le codage.

coding-101_practice-e1475260370181

Comme le savent tous ceux qui ont pris la bonne résolution en début d’année de pratiquer une activité chaque jour, un programme strict n’est pas toujours propice à un engagement à long terme. C’est précisément pour cette raison qu’Aaron Tersteeg recommande de se focaliser sur des projets qui vous passionnent afin de rester motivé tout au long du processus intense d’apprentissage. Il emploie une métaphore familière pour expliquer pourquoi.

« Comparez le codage à la cuisine : vous allez au restaurant et vivez une expérience que vous voulez recréer chez vous. Vous cherchez donc des recettes en ligne pour imiter cette expérience », précise Aaron Tersteeg, suggérant aux débutants de se rendre à une Maker Faire pour trouver l’inspiration.

Des compétences pour la vie

En effet, la persévérance se traduit par des avantages dans la vie réelle.

« Si vous voulez réfléchir plus clairement sur le monde et disposez d’une structure explicite dans votre réflexion, ces connaissances vous offrent une approche logique », conclut Aaron Tersteeg. « Vous apprenez des outils plus sophistiqués pour pouvoir prendre des décisions dans la vie. »

« Si vous trouvez une recette pour six personnes alors que vous avez huit invités, vous devez augmenter les proportions de la recette », précise-t-il. « Être capable d’effectuer cette transposition est très similaire au développement de logiciels. »

Cela revient en fait à organiser un dîner, éventuellement avec des pâtes comme plat principal.

Partager cet article

Thèmes associés

Éducation

Lire ensuite

Read Full Story