5 séries geek à (re)découvrir

De Big Bang Theory à Silicon Valley, les geeks sont dorénavant les héros de plusieurs séries télévisées. Voici 5 séries geeks moins connues, qui méritent qu’on s’y attarde.

 

Densha Otoko, le garçon du train (2005)

Lors d’un trajet en train, le timide Yamada prend la défense de Saori, une jeune fille importunée par un ivrogne. C’est l’occasion inespérée d’approcher « une vraie fille », mais comment s’y prendre lorsqu’on est geek et que la fille est d’un tout autre milieu ? Eh bien, il suffit de demander conseils sur son forum de discussion préféré. Tout une communauté va donc tenter, avec plus ou moins de clairvoyance, d’aider Yamada à faire la cour à Saori.

Particularité de ce drama drôle et touchant, chaque personnage, lorsqu’il intervient sur le forum, apparaît face à son ordinateur, entouré de ses objets fétiches : le fan de train en uniforme, le passionné de militaria et ses maquettes, le lecteur assidu et son mur de mangas classés avec soin, etc.
Il existe également un manga et un long-métrage.

 

 

The IT crowd, les gars de l’informatique (2006)

Cette sitcom hilarante raconte le quotidien du service de maintenance informatique d’une obscure entreprise londonienne. Jen Barber (Katherine Parkinson), y est embauchée par un patron fantasque, afin de faciliter la communication entre les services. Problème, les « gars de l’informatique », Maurice Moss (Richard Ayoade) et Roy Trenneman) sont…spéciaux.

Tous trois vont devoir avancer dans la même direction, mais entre les lacunes techniques de Jen, l’extrême bizarrerie de Moss et la très mauvaise volonté de Roy, les catastrophes s’enchaînent.

 

 

The Guild, la websérie des rôlistes (2007)

The Guild relate les joies, peines et surtout grands moments de n’importe quoi des Chevaliers du Bien, une guilde de joueurs du MMORPG fictif The Game. Créé et écrite par l’actrice, scénariste, danseuse, musicienne, mathématicienne et très geek Felicia Day, The Guild est visible depuis ses débuts sur Youtube (et en France en VOSTFR sur la chaîne Nolife). Felicia Day y tient le rôle de Cyd Sherman – alias Codex en ligne-, le personnage principal.

La série, qui compte six saisons, commence lorsque tout ce petit monde est amené à se rencontrer pour la première fois IRL (in real life, comme on dit, nous autres geeks) chez Codex…

 

 

Halt & Catch Fire (2014)

Diffusée sur Canal + série, Halt & Catch Fire raconte les démêlés de Cardiff Electric, une petite société d’informatique – on parlerait de start-up de nos jours-, qui tente de survivre face au géant IBM, au début des années 80.

Adoptant le parti pris du réalisme, à l’instar de Mad Men, Halt & Catch Fire reconstitue avec bonheur cette juvénile préhistoire. Micro informatique, industrialisation du jeu vidéo, prémices d’internet y sont traités sans glamour superflu tout au long de 3 saisons. Injustement méconnue – son titre abscons n’a pas aidé-, c’est une grande série.

 

 

Mars (2016)

On connaissait les documentaires, les fictions, les docu-fiction. Avec Mars, le National Geographic Chanel propose une « fiction-documentée ».
Nous sommes en 2033. Les astronautes du Daedalus sont en route pour Mars. L’intrigue est entrecoupée de flashbacks sous la forme d’archives racontant les débuts de la conquête de mars.

L’idée géniale de la mini-série est que ces archives sont issues d’un vrai documentaire tourné pour l’occasion. On y retrouve en bonne place Elon Musk, le P.dg de Space X, qui y joue son propre rôle. Son entreprise compte effectivement envoyer à moyen terme une mission habitée sur mars.
Par ce tour de passe-passe narratif, 2033 et mars semblent être à portée de main.

 

 

Cyrille Baron

Partager cet article

Read Full Story