5 rencontres entre les arts et le numérique

Les techniques numériques peuvent être de formidables outils de création, mais elles peuvent aussi nous aider à comprendre l’art. Voici cinq expériences mêlant art et nouvelles technologies.

 

Pixel, danser le virtuel

Fruit d’une collaboration entre le chorégraphe Mourad Merzouki et les artistes numériques Adrien Mondot et Claire Bardainne, Pixel mêle danse contemporaine et mondes virtuels. Sur scène, les danseurs de la Compagnie Käfig fusionnent avec des projections lumineuses au rythme de la musique d’Armand Amar. Joué plus de 200 fois depuis sa création en 2014 au Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne, le spectacle Pixel est régulièrement programmé. Il sera à l’affiche du festival Art Rock 2017 de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) du 2 au 4 juin 2017.

 

 

Entrez dans les Carrières de Lumières

Plonger dans une œuvre picturale, au point de pouvoir s’y promener, c’est ce que propose Carrières de lumières et ses expositions immersives. L’expérience prend place près des Baux de Provence, dans d’anciennes carrières utilisées comme support à la projection monumentale d’œuvres d’art. S’appuyant sur les techniques audiovisuels les plus pointus, Carrières de lumières nous invite jusqu’en janvier 2018 à voyager dans l’œuvre des peintres Brueghel, Bosch et Arcimboldo.

 

 

Satelliten, le dessus des cartes

En traçant sur une carte, en temps réel, le passage des satellites qui le survolent, le bras robot de Satelliten questionne le monde réel et les technologies qui s’emploient à le représenter. Entre art et science, le collectif Berlinois Quadrature (Jan Bernstein, Juliane Götz et Sebastian Neitsch) s’inspire – comme dans ses travaux précédents-, de la robotique, des machines et de l’espace.

 

DIMoDA, le virtuel en vrai

Que deviennent les œuvres d’art numérique, une fois la machine éteinte ? Telle pourrait être le point de départ de DIMoDA, de William Robertson et Alfredo Salazar-Caro. DIMoDA, pour Digital Museum of Digital Art, a pour vocation de collecter, préserver et exposer des œuvres d’art numérique en utilisant la Réalité Virtuelle. Le musée est – forcément-, virtuel, même si a l’occasion, il peut se matérialiser ça et là, comme à la Transfer Gallery de New York.

 

Ikonikat, suivez nos regards

Face à un tableau, où notre regard se porte-t-il ? C’est pour répondre à cette question qu’Ikonikat a été développé au CNRS, à l’initiative du sociologue Mathias Blanc. Composé d’une tablette et d’un logiciel, Ikonikat propose à l’observateur d’entourer à l’aide de ses doigts, les différentes zones observées. Testé au musée du Louvre-Lens avec des tableaux des frères Le Nain, Ikonikat a déjà démontré que l’on observe un tableau différemment selon que l’on est un habitué des musées, un visiteur occasionnel ou encore un écolier.

 

Interface d’ikonikat
Selon qu’il fréquente les musées (à gauche) ou non (à droite), un observateur ne regardera pas un tableau de la même façon.

Cyrille Baron

Partager cet article

Read Full Story