Aux limites de l’innovation

5 applications étonnantes de l’Intelligence Artificielle

L’intelligence artificielle est mise à profit pour aider à résoudre les problèmes les plus divers. Voici 5 domaines d’application où l’on ne s’attendrait pas forcément à la rencontrer.

 

ScriptBook veut conquérir Hollywood

Seuls 6% des films produits sont rentables. Partant de ce constat, l’économiste Nadira Azermai s’est donc demandé si des algorithmes pourraient prédire le succès d’un film en analysant son script. Quelques centaines de scénario et milliers de films passés au crible plus tard, voici donc ScriptBook prétendument capable de dénicher, d’après 200 critères, les futurs blockbusters. Sur le papier, c’est séduisant, mais les expériences menées en littérature ont démontré qu’en matière d’adhésion du public à une œuvre, il y a, comme en amour, « des raisons que la raison ne connaît point ».

Le Seigneur des anneaux ? Ça ne marchera jamais : trop long, trop confus, trop de personnages… Et virez-moi ce George Lucas, tout le monde sait que la SF n’est pas rentable !

 

It’s no game, c’est pas du jeu

Si l’on confie l’analyse de scripts à une IA, pourquoi ne pas lui faire directement écrire un scénario ? C’est à cet exercice que se sont livrés en 2016 Oscar Sharp et le chercheur en Intelligence Artificielle Ross Goodwin. Résultat : Sunspring, un court métrage entièrement créé par Benjamin, une IA.

 

Afin d’aller encore plus loin dans la réflexion, It’s no game, la suite, est sortie cette année, toujours écrite par l’IA Benjamin. Jolie mise en abyme, elle met en scène deux scénaristes qui apprennent lors d’un rendez-vous dans une maison de production que l’on va se passer d’eux, puisqu’une IA peut écrire à leur place… Au fait, ça mange des glaces ou du popcorn à l’entracte, une IA ?

 

 

Deepmind, plus large d’esprit

La puissance des processeurs actuels autorise les IA à acquérir de l’expérience, par le biais du deep learning. Face à un problème déjà traité, une IA gagne en efficacité, mais malheureusement, confrontée à un problème nouveau, elle repart de zéro. C’est afin de gagner en polyvalence que DeepMind, entreprise britannique rachetée par Google en 2014, tente de consolider ses réseaux neuronaux.

DeepMind aide déjà à la traduction et à la recherche d’image sur Google. Il joue au Go et à Starcraft, mais toutes ces tâches sont encore des spécialisations. L’année dernière, DeepMind avait pu battre des humains à une trentaine de jeux vidéo (Pong, Space invader, etc.), mais il avait fallu créer un programme par jeu. Cette année, un unique programme a été suffisant pour réitérer l’exploit sur une dizaine de ces jeux.

 

 

Planner 5D, le sens des proportions

Alors que Google vient de lancer Autodraw, une aide à la création de croquis, une société lituanienne propose avec Planner5D d’aider les utilisateurs de son logiciel à réaliser de complexes plan d’intérieur avec rendu 3D.

Sur Smartphone et machines tournant sous Windows 10, Planner5D s’appuie sur une immense base de données de plans déjà créés par les utilisateurs de versions précédentes du logiciel. Fort de ce catalogue mis à jour en permanence, l’IA prédictive du logiciel compare le plan en train d’être dessiné avec ceux existants, ce qui permet de devancer les souhaits de l’apprenti architecte en lui proposant différentes solutions couramment rencontrées.

 

Imagerie médicale, deep learning et open data

En combinant la capacité d’analyse des images à l’aide du deep learning et la puissance d’une base de données d’imagerie médicale open source, divers projets en cours souhaitent améliorer la prévention de certaines maladies. Tout ce qui met en œuvre l’analyse de scan, d’IRM, de radiographie, pourrait en bénéficier. Une équipe de l’Université de Standford a ainsi récemment pu créer un algorithme capable de différencier, d’après l’imagerie médicale, tumeurs bénignes et malignes, aussi bien que le ferait un dermatologue, mais pour un coût bien inférieur et plus rapidement. Pas question ici de remplacer les médecins, mais simplement de pouvoir financer des campagnes de dépistages à grande échelle.

CREDIT PHOTO : NATURE COMMUNICATION

 

 

Cyrille Baron

 

Partager cet article

Read Full Story