CES 2018 a fait entrevoir la voiture du futur

Cela semblait de la science-fiction il y a encore quelques années, c’est d’actualité aujourd’hui : les voitures autonomes, sans chauffeurs, gagnent petit à petit en crédibilité. Prochaine étape : le drone taxi ? Certains y pensent sérieusement et en font même la démonstration au CES !

 

Au CES qui vient de se terminer, tous les grands constructeurs de voiture ont annoncé travailler sur des véhicules autonomes : les premiers modèles 100% autonomes sont attendus pour 2020 pour les projets les plus avancés, 2021 pour la plupart. Sans attendre ces quelques années, certains faisaient déjà la démonstration de la totale faisabilité de la technologie, notamment Lyft, un service de VTC, ou encore les véhicules de la start-up française Navya qui ont sillonnés le Strip pour les besoins des participants du salon. Il faut noter qu’un opérateur était à bord afin d’être conforme à la réglementation. En effet, plus que les développements techniques, c’est aussi le réglementaire et l’administratif qui freinent le déploiement du 100% autonome.

De très nombreux constructeurs automobiles ont annoncé des partenariats technologiques que ce soit pour les processeurs, les logiciels, la cartographie, les capteurs… Les constructeurs historiques du secteur (Renault-Nissan, Volkswagen, Mercedes, BMW, Ford, Toyota, General Motors…), les équipementiers (Valeo, Faurecia…) et les entreprises technologiques (Intel, Google, Sony, Samsung, Mobileye…) étaient tous présents pour faire la démonstration de leurs dernières nouveautés. Tous ont montré leur vision des usages et de l’expérience à bord des passagers. Comme la conduite ne sera plus l’enjeu, le divertissement devrait prendre de plus en plus de place au cœur de l’habitacle : des écrans tactiles se glissent dans tous les espaces pour diffuser du son, des images, des informations, des jeux vidéo…

Le professeur Amnon Shashua (à droite), senior vice-président d’Intel and CEO/CTO de Mobileye, arrive sur scène à l’arrière d’une voiture autonome pendant la présentation de Brian Krzanich, CEO Intel Corporation, à l’occasion du CES 2018. (© Walden Kirsch/Intel Corporation)

 

Un salon numérique dans votre voiture

Le constructeur chinois Byton a ainsi dévoilé un concept car doté d’un salon numérique et d’un écran panoramique dédié à la navigation et au divertissement des passagers. Pour encore plus d’ergonomie, il n’est même pas nécessaire d’avoir une clé, le véhicule utilise la reconnaissance faciale pour pouvoir être utilisé. Grâce à son intelligence artificielle, il adapte alors les contenus et les playlists au passager.

Panasonic a lui aussi proposé sa propre version du véhicule du futur avec des tablettes tactiles, à utiliser séparément ou groupées, comme dans un salon. Les fenêtres de l’habitacle tiennent également lieu d’écran pour donner, grâce à la réalité augmentée, des indications sur le trajet.

Dans le même esprit, Samsung/Harman a présenté des prototypes de larges écrans inclus dans le tableau de bord. Configurés avec les profils de chaque occupant à travers le smartphone, ces écrans seront totalement personnalisables. Ce Digital Cokpit sera connecté en 5G pour offrir un haut débit dans l’habitacle.

Digital Cokpit
Le Digital Cokpit signé Samsung / Harman

Avec Smart Cocoon, l’équipementier français Valeo a présenté sur le Strip un véhicule rempli de capteurs analysant à la fois les conditions extérieures et les réactions des occupants de la voiture. Utilisant l’imagerie thermique, le véhicule vérifie que le chauffage est parfaitement adapté. Il contrôle également les réactions physiques du conducteur par reconnaissance faciale et envoie une vaporisation de gouttes d’eau si une situation de fatigue est détectée.

 

Des voitures qui répondront à la voix, aux obstacles mais aussi au cerveau !

Les assistants vocaux auront bien entendu une large place dans les véhicules de demain : Google a annoncé à Las Vegas que Google Assistant allait être rapidement intégré dans Android Auto pour piloter les applications Google, la musique et sa messagerie en conduisant. Du côté d’Amazon, Toyota et Lexus ont annoncé qu’ils utiliseront la commande vocale d’Alexa tandis que Mercedes présentait son propre assistant vocal.
La filiale d’Intel Mobileye, spécialisée sur le marché des systèmes d’assistance automatisée à la conduite automobile, a quant à elle annoncé le lancement en 2018 de 15 programmes dont 14 avec des constructeurs automobiles et 12 nouveaux en 2019…

Futuriste, le système Brain to Vehicle développé par Nissan relie le cerveau du conducteur au système de conduite autonome du constructeur afin d’optimiser l’expérience de conduite. Basé sur le décodage cérébral, ce dispositif interprète les signaux du cerveau pour prédire les actions du conducteur et diminuer son temps de réaction dans les situations à risques.

 

Plus rapide que le moto-taxi, le taxi volant ?

Mais la palme de l’anticipation réaliste est sans aucun doute à décerner au Volocopter ! Ce drone taxi autonome, conçu par la société allemande E-Volo en collaboration avec Intel, ressemble à un drone géant et à un hélicoptère. Il peut transporter deux personnes. Quelques vols ont eu lieu au-dessus de Las Vegas et un premier vol test avait déjà pris son envol dans le ciel de Dubaï l’année dernière.

Florian Reuter (à droite), CEO de Volocopter, rejoint Brian Krzanich, CEO d’Intel Corporation, sur scène à l’occasion du CES 2018. (© Walden Kirsch/Intel Corporation)

Nathalie Bloch-Sitbon

Partager cet article

Read Full Story