Aux limites de l’innovation

Microsoft travaille sur un centre de données sous-marin

 

Résoudre le problème de chaleur des data centers

Microsoft a testé un prototype de centre de données autonome qui peut fonctionner à des centaines de pieds (soit plusieurs dizaines de kilomètres) au-dessous de la surface de l’océan, et qui pourrait potentiellement résoudre le plus gros problème dont fait face l’industrie de la haute technologie, à savoir la génération de chaleur par les machines. Le coût des économies en climatisation et rafraichissement des serveurs et des centres de données pourrait se révéler énorme si ces derniers étaient immergés directement sous la mer.

Projet Natick de Microsoft
Projet Natick de Microsoft

Les centres de données sont en effet aujourd’hui la source d’énergie de toutes nos activités en ligne, comme le streaming vidéo, les réseaux sociaux ou les emails. La génération de chaleur de ces centrales est un véritable problème, et le projet Natick de Microsoft compte bien le résoudre.

 

 

La moitié de la population mondiale vit sur le littoral

Dans le détail, le projet Natick consisterait à déployer des tubes d’aciers géants, reliés par des câbles de fibre optique placés sur les fonds marins. Microsoft étudie également la possibilité de suspendre des containers sous la surface pour capter le courant de l’océan à l’aide de turbines destinées à produire de l’électricité.

Le fait de placer des centres de données près des côtes littorales des territoires permettrait de réduire la latence de communication des données pour les populations habitant dans ces régions, permettant ainsi de meilleures performances et une meilleure réactivité. La moitié de la population mondiale vit en effet à moins de 200 km des côtes, et serait donc selon Microsoft concernées par ces avantages.

Aujourd’hui, Microsoft gère plus de 100 centres de données partout dans le monde et ce chiffre est en constante augmentation. La société a dépensé plus de 15 milliards de dollars sur son écosystème de centre de données mondial qui fournit maintenant plus de 200 services en ligne.

Projet Natick de Microsoft
L’équipe du Projet Natick de Microsoft : Ben Cutler (sweat vert), Jeff Kramer (sweat gris), Spencer Fowers (veste orange), Eric Peterson (veste noire) and Norm Whitaker (veste rouge) Photo prise le 12 janvier 2016 par © Scott Eklund/Red Box Pictures.

Quel impact sur l’environnement ?

L’une des premières questions que soulève ce nouveau projet est de savoir l’impact que pourrait avoir l’immersion de ces centres de données. Sur le site du projet Natick, Microsoft répond : « Nous aspirons à créer un centre de données durable qui met à profit l’énergie verte produite localement, offrant aux clients des options supplémentaires pour répondre à leurs propres exigences en matière de durabilité. » Il est précisé que les centres de données Natick sont fabriqués à partir de matériaux recyclés, et sont eux-mêmes destinés au recyclage quand arrive leur obsolescence.

Microsoft ne prévoit aucune émission de déchet, que ce soit au niveau de la production de l’électricité, l’informatique ou les opérations de maintenance. Les centres de données ne consommeront pas d’eau ni pour le refroidissement des machines ou pour toute autre raison.

Projet Natick de Microsoft
Projet Natick de Microsoft

Partager cet article

Thèmes associés

Innovation technologique

Lire ensuite