Aux limites de l’innovation

L’ordinateur quantique, l’avenir de l’informatique ?

Les ordinateurs actuels utilisent des puces électroniques dont les composants utilisent le système binaire, c’est-à-dire qu’ils ont soit la valeur 0 soit la valeur 1. Ces puces, dont les processeurs font partie, nous les utilisons tous les jours et leur puissance est à chaque fois augmentée en repoussant la taille de gravure dans des infimes proportions. Mais Intel, fondeurs de puces et de processeurs, sait que les limites sont pratiquement atteintes et offrir des tailles encore plus petites relève du défi permanent. Heureusement, une autre voie est possible avec les systèmes quantiques. Contrairement aux systèmes binaires et leurs deux états possibles, les systèmes quantiques peuvent prendre plusieurs valeurs simultanément. Ce sont les qubits. L’avantage est donc flagrant : permettre un grand nombre de calculs parallèles en accélérant les délais de résolution. Mais la recherche dans ce domaine reste difficile, car la technologie est nouvelle.

Intel mise 50 millions de dollar

C’est pourquoi Intel a décidé d’investir 50 millions de dollars dans un partenariat avec l’Université Technologique de Delft aux Pays-Bas, TUDelft, (http://www.tudelft.nl ) et son Institut de recherche quantique, QUTech, ainsi qu’avec TNO, une organisation néerlandaise spécialisée dans l’informatique quantique. Outre l’aspect financier, Intel va aussi proposer des ressources sur site et dans ses locaux ainsi qu’un support technique. Le choix s’est porté sur QUTech et TNO, car ils disposent d’une expérience et d’une expertise significative dans ce domaine.

 

A quand un ordinateur quantique fonctionnel ?

Mike Mayberryn, vice-président d’Intel et Directeur général d’Intel Labs, annonce qu’il faudra une décennie, au moins, pour qu’un ordinateur quantique pleinement fonctionnel soit disponible. Il faut dire qu’il y a certains problèmes à surmonter pour parvenir à un ordinateur quantique fonctionnel. En effet, même si aujourd’hui, quelques systèmes existent, ils sont équipés de seulement quelques qubits alors que plusieurs milliers sont nécessaires pour avoir une puissance de calcul digne de ce nom. De même, l’espace occupé est très important, car ce sont des systèmes nécessitant un important refroidissement, proche du 0 absolu soit -270°C. Donc, pour espérer une production signification, en attendant la production de masse, de sérieux progrès sont à faire.

Intel QUTech
Intel investit 50 millions de dollars dans un partenariat avec l’Université Technologique de Delft aux Pays-Bas, TUDelft, et son Institut de recherche quantique, QUTech, ainsi qu’avec TNO.

Mais Intel n’est évident pas la seule société intéressée par les qubits. IBM a annoncé en avril 2015 avoir produit des qubits carrés dont l’avantage réside dans le fait qu’il est possible d’en placer plusieurs sur une puce. Google est aussi sur le coup avec Google X et son équipe Google Quantum A.I. Lab. Donc, il faudra sûrement attendre la fin des années 2020 ou le début des années 2030 pour voir ces systèmes fonctionnels.

 

Lire le billet de Brian Krzanich, PDG d’Intel : ici

Partager cet article

Thèmes associés

Sciences

Lire ensuite