Aux limites de l’innovation

L’innovation technologique française intéresse le MIT

10 français ont été récompensés par la présidente de la MIT Technology Review en personne, Kathleen Kennedy. Elle concerne la santé, l’environnement, l’informatique ou encore les politiques publiques.

 

Avancées technologiques et santé

Le premier champ qui se dessine dans ces nominations tourne autour de la médecine et de la santé. Anaïs Barut, jeune fille de 22 ans récompensée pour son entreprise DAMAE Medical a mis au point un processus d’imagerie pour la détection rapide du cancer de la peau. Aujourd’hui, il faut faire un prélèvement de peau et attendre 15 jours pour savoir si une tumeur s’est développée. Avec sa solution, Anaïs Barut propose au contraire de placer un appareil sur la peau afin qu’il prenne une photographie en très haute résolution et qu’il l’analyse immédiatement. Xavier Duporter, Lyonnais de 27 ans, a travaillé sur des antibiotiques qui permettent de lutter contre des bactéries sans détruire la flore bactérienne nécessaire au corps. Une sorte de médicament ultra-ciblé. Nicolas Huchet, enfin, a mis au point une main bionique en open source que l’on peut imprimer avec une imprimante 3D. C’est en perdant un bras lors d’un accident du travail qu’il a eu le sentiment que ce champ de la recherche devait être amélioré : le prototype actuel se compose de deux capteurs qui détectent la contraction de deux muscles et qui transfèrent ces signaux vers un chipset Arduino qui interprète les ordres.

 

Anais Barut DAMAE Medical
Anaïs Barut, David Siret et Pr. Arnaud Dubois, co-fondateurs de DAMAE Medical

 

Avancées technologiques et environnement

Du côté de l’environnement, David Cohen-Tanugi a développé une membrane capable de dessaler l’eau. Très efficace, elle permettra de réduire les factures d’électricité des usines de dessalement de 15 % à 45 % selon le type d’eau à dessaler. Romain Lancombe, 31 ans, a lui créé un détecteur capable de mesurer la pollution de l’air. Son intérêt réside dans le fait qu’il peut être utilisé par des particuliers. Antoine Hubert a créé Ynsect, la première bioraffinerie d’insectes au monde. Pour résoudre les problèmes liés à la surconsommation de viande et de poisson et pour espérer pouvoir un jour nourrir tous les humains, Ynsect espère pouvoir faire des ténébrions meuniers un plat de grande consommation. Ce coléoptère a toutes les caractéristiques pour servir ce projet : il est docile et extrêmement nutritif.

Antoine Hubert Ynsect

 

Avancées technologiques et informatique

L’informatique n’est pas en reste avec Lima, fondée par Séverin Marcombes, OpenClassrooms, la startup de Mathieu Nebra et Sunrise, de Pierre Valade. Lima permet de stocker de manière sécurisée des fichiers sur plusieurs appareils, un système qui devient de plus en plus nécessaire à l’ère de la surveillance généralisée. OpenClassrooms, elle, est la première plateforme en France à proposer de l’e-éducation à grande échelle, avec ses deux millions de membres. Sunrise est l’outil idéal pour les entreprises : il permet de centraliser sur une seule plateforme tous les calendriers. Ce projet a tapé dans l’oeil de Microsoft, qui a racheté Sunrise pour 92 millions d’euros.

Mathieu Nebra OpenClassrooms

Enfin, un projet touche aux politiques publiques, celui de Julie de Pimodan, qui a créé Fluicity. Cette plateforme permet aux pouvoirs publics d’intégrer l’avis des citoyens dans les politiques locales. Une sorte de moyen d’appliquer au mieux la démocratie en l’appuyant sur la technique.

 

Un palmarès diversifié qui augure du meilleur pour l’innovation technologique en France, que ce soit à Paris ou en province !

Partager cet article

Thèmes associés

Innovation technologique

Lire ensuite