Aux limites de l’innovation

Les prothèses high-tech, le nouvel élan de la recherche médicale

La création de cette prothèse de main robotique marque en effet une avancée non négligeable dans le domaine de la médecine, et pourrait permettre à un grand nombre de personnes paralysées de retrouver un semblant de vie normale. La prothèse a été développée aux Etats-Unis par le laboratoire de physique appliquée de l’université John Hopkins. La DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency, agence gouvernementale et militaire pour la recherche scientifique), a financé le projet.

 

Rétablir la connexion membre-cerveau

Le 11 septembre, l’agence annonçait que la main avait été testée avec succès sur un homme de 28 ans paralysé depuis plus de 10 ans. Les chercheurs ont connecté directement la main artificielle au cerveau du patient, plus précisément sur le cortex sensoriel et le cortex moteur, lui prodiguant la faculté de ressentir quel doigt mécanique est touché, grâce notamment aux capteurs qui convertissent la pression effectuée en signaux électriques au cerveau. Pour effectuer des mouvements, les ordres du cerveau sont communiqués à un ordinateur situé dans la prothèse qui traduit les informations et les transmet au membre artificiel. A terme, les scientifiques espèrent désormais développer un système Wifi sur ce type de prothèse afin de supprimer les fils qui connectent l’implant à l’ordinateur.

 

Revolutionizing-Prosthetics-Modular-Prosthetic-Limb
La nouvelle prothèse de main permet au patient de retrouver des sensations proches du toucher
Source : DARPA

 

Rendre la vue grâce aux lunettes Argus II

Si autant de précision pour une prothèse bionique est une première en la matière, le domaine de la médecine de l’oeil n’est pas non plus en reste. Le dispositif Argus II est un implant médical qui vise à restaurer partiellement la vue d’un patient. Cette prothèse répare précisément les personnes ayant souffert d’une maladie dégénérative de la rétine, comme par exemple la rétinite pigmentaire. En plus d’un implant oculaire, le dispositif Argus II utilise des lunettes dotées d’une caméra vidéo miniature. Les images captées par la caméra vidéo sont envoyées elles aussi à un ordinateur qui va s’occuper de retranscrire l’information sous forme d’impulsions électriques. Des chercheurs australiens se penchent également sur la question d’une connexion Wifi pour ce type de lunettes, afin de faciliter son usage. Bonne nouvelle, cet appareil est intégralement remboursé par la Sécurité Sociale en France.

 

Comment fonctionne le dispositif Argus II

 

Les prothèses auditives connectées

Depuis 2014, plusieurs fabricants de prothèses auditives comme Beltone en France proposent des dispositifs connectés. Il est en effet possible de régler les différents paramètres de sa prothèse avec une simple application développée sur iOS. L’OS intègre dans son menu Accessibilité une option Appareils Auditifs, qu’il est possible de relier en Bluetooth avec ses prothèses. Jusqu’à aujourd’hui, les utilisateurs de smartphones android étaient quelque peu mis à l’écart. A l’occasion de l’IFA 2015, la firme ReSound a pu présenter un nouveau dispositif compatible avec des appareils Samsung comme le Galaxy S4, S6, S6 edge et le Samsung Note 4. Parmi les fonctionnalités de ces appareils auditives, l’utilisateur bénéficie entre autre du réglage des niveaux de volume et des paramètres aigus/graves, d’un système de localisation d’une prothèse égarée, etc.

La firme ReSound propose une compatibilité élargie de ses appareils auditifs avec des téléphones android
La firme ReSound propose une compatibilité élargie de ses appareils auditifs avec des téléphones android

Partager cet article

Thèmes associés

Sciences

Lire ensuite