Aux limites de l’innovation

La photographie aérienne avec un drone offre une nouvelle vue sur les aventures verticales

Ken Kaplan Writer

La passion d’Andy Mann pour l’escalade extrême et la narration multimédia atteint de nouveaux sommets depuis qu’il a commencé à utiliser le Yuneec Typhoon H avec technologie Intel RealSense, un drone qui voit.

 

C’est quand il se retrouve coincé entre un rocher et le vide qu’Andy Mann donne le meilleur de lui-même. Pour s’amuser, il grimpe à mains nues, en calant ses doigts et ses pieds dans des coins et des fentes pour escalader certaines des falaises les plus abruptes offertes par Mère Nature. Peu de choses procurent à ce varappeur, plongeur et explorateur arctique de 36 ans autant de sensations que défier la gravité et même la mort…à part filmer et créer des récits visuels du frisson de de ces conquêtes verticales.

Il recherche les sommets isolés offrant des vues spectaculaires, souvent seulement visibles depuis le ciel. Jusqu’à présent, Andy Mann capturait des images depuis le sol ou accroché à un rocher avec d’autres grimpeurs, mais il a pu donner libre cours à sa créativité lorsqu’il a acheté son premier drone équipé d’une caméra.

« Les drones ont bouleversé ma façon de travailler », déclare-t-il.

Cet été, Andy Mann a accepté de tester le Yuneec Typhoon H Pro, qui intègre la caméra 3D Intel RealSense sophistiquée, grâce à laquelle le drone peut voir et éviter des obstacles.

La poésie d’Andy se trouve amplifiée par les drones, car ils lui offrent des éléments plus évocateurs pour raconter des histoires captivantes. Ces appareils sont connus pour leur capacité à démarrer par un gros plan sur un sujet, puis réaliser un zoom arrière pour offrir le point de vue d’un oiseau. Ils permettent aux réalisateurs d’utiliser des panoramiques, des outils de suivi, des socles et de survoler des lieux pour en offrir des perspectives verticales différentes et apporter du drame visuel à certaines scènes.

« Je trouve incroyable d’être capable de faire ressentir ce sentiment d’exposition dans les montagnes. »

andy_mann_yuneec_typhone_h_Intel_realsense2

Il aime faire voler son drone juste derrière, à côté ou en face d’un sujet au niveau des yeux, en le déplaçant au même rythme que le sujet, surtout dans les environnements étroits. Les spectateurs ressentent ainsi un sentiment de flottement et bénéficient d’une authentique perspective de l’œil humain sur les merveilles de la nature.

« Un cliché aérien me permet de sortir d’une histoire pour révéler mon caractère dans un décor plus vaste », explique-t-il.

andy_mann_yuneec_typhone_h_Intel_realsense3

Les clichés du photographe ont été publiés dans National Geographic Magazine, NG Adventure, Outside et le New York Times. Depuis sa maison à proximité de Boulder, Colorado, Andy Mann parcourt le monde en tant que directeur général de 3 Strings Productions, pour produire des vidéos et des documentaires racontant des quêtes d’aventures extrêmes en extérieur.

Sa fascination pour les arts visuels a débuté lorsqu’il était enfant, en feuilletant les ouvrages de photographie dans le bureau d’arts graphiques dans lequel sa mère travaillait.

« Ce n’est qu’à l’âge de 26 ans que j’ai pris la route avec une caméra à temps plein et ne suis jamais revenu. »

L’utilisation d’un drone l’a poussé à imaginer de nouvelles façons de capturer des vues éblouissantes.

andy_mann_yuneec_typhone_h_Intel_realsense4

« Il est extrêmement facile à utiliser », affirme-t-il à propos du Typhoon H Pro.

« Il suffit d’appuyer sur un interrupteur (pour activer la technologie de vision Intel RealSense). Vous voyez le robot réfléchir lorsqu’il scanne son environnement, puis détermine le meilleur chemin autour d’un objet. »

Il ajoute qu’avec la caméra Intel RealSense activée, le Typhoon est non seulement capable de réagir, mais également de mémoriser son environnement.

« S’il évite un obstacle une fois, il se souviendra de son emplacement et l’évitera automatiquement quand il le rencontrera à nouveau. Cela m’est particulièrement utile, car je filme souvent dans des canyons étroits. »

andy_mann_yuneec_typhone_h_Intel_realsense8

Andy Mann a besoin d’un drone fiable qu’il peut emporter dans des lieux comme le Groenland, l’Antarctique, l’Afrique et le Pérou.

« J’ai besoin d’un appareil léger, fiable, sûr et 4K », précise-t-il. « Je me sens à l’aise avec le Typhoon. »

À l’issue d’une récente visite à The Monastery, site d’escalade près de Boulder, avec le varappeur professionnel Jon Cardwell, Andy a compris que c’est là qu’il allait filmer sa vidéo « Upward Places ».

« C’est cette arête de granite avec des cimes s’élevant à 30 mètres dans l’air, surplombant Long’s Peak (14 000) dans le fond, mais vous ne savez pas où vous vous trouvez quand vous êtes dans les gorges », explique-t-il.

Ensemble, la préparation, le beau temps et l’excellente exécution en ont fait une expérience mémorable.

« Jon escaladait à 5.14 (niveau très difficile) alors que les derniers rayons de soleil atteignaient le sommet de la paroi. »

andy_mann_yuneec_typhone_h_Intel_realsense7

Andy Mann rapporte que son amie Sasha Digiulian, championne du monde d’escalade, lui a avoué qu’elle rêverait qu’on lui livre une pizza à la cime d’une montagne après une dure journée d’escalade. Même s’il ne s’est pas encore servi d’un drone pour cela, le photographe en a souvent utilisé un pour reconnaître de nouveaux lieux et trouver des voies de moindre résistance.

« Je suis persuadé que la recherche et le sauvetage représentent l’un des principaux avantages des drones », déclare-t-il.

Son conseil pour tous les artistes qui veulent ajouter un drone à leurs outils : utiliser le modèle le plus confortable afin de pouvoir se concentrer sur sa vision créatrice plutôt que sur la manipulation du matériel.

andy_mann_yuneec_typhone_h_Intel_realsense9

« N’ayez pas peur de vous écraser », conseille-t-il. « Cela arrive à tous les pilotes débutants. Heureusement, la plupart du temps, il vous suffit de réparer les hélices pour repartir vite dans le ciel. »

andy_mann_yuneec_typhone_h_Intel_realsense10

Les drones ont beaucoup évolué depuis qu’Andy a commencé à en utiliser il y a quelques années.

« La technologie des drones semble évoluer à chaque génération, et c’est certainement vrai avec l’ajout de RealSense », conclut-il.

« Le drone de mes rêves combinerait probablement les fonctions actuelles du Typhoon H Pro avec une petite caméra propriétaire qui possède la plage dynamique d’une caméra RED. »

Note de la rédaction : Regardez « Upward Places », vidéo tournée par Andy Mann avec un Yuneec Typhoon H. Suivez son travail sur Instagram et sur son site Web. Pour en savoir plus sur le drone Yuneec Typhoon H avec technologie Intel RealSense, regardez cette vidéo.

Partager cet article

Thèmes associés

Divertissement Innovation technologique Style de vie

Lire ensuite