Aux limites de l’innovation

Cyberpsychologie : la réalité virtuelle pour les thérapies de demain ?

Alice Darelle Writer

La diversité des usages de la réalité virtuelle ne cesse de nous surprendre. Aujourd’hui, elle dépasse le cadre de l’expérience ludique pour se faire vecteur d’un nouveau mode d’expression artistique… Et si elle avait aussi des vertus thérapeutiques ? Découvrez la Cyberpsychologie !

 

 

Un dispositif idéal pour simuler des situations du réel

Ceux qui l’ont déjà testée tomberont d’accord sur un point : pour être intéressante, la réalité virtuelle doit proposer une expérience vraisemblable. Cet univers en 3D au sein duquel le joueur est immergé, on doit y croire : il suffit qu’un lag brise la fluidité d’un mouvement pour que l’adhésion au monde virtuel s’écroule. Les défauts liés aux temps de latence sont d’ailleurs les premiers mis en cause dans les problèmes de nausée ou de maux de têtes liés aux expériences à 360°… En ce sens, les plates-formes VR ne cessent de s’enrichir de capteurs, d’accessoires et de technologies nouvelles afin de rendre l’expérience immersive saisissante de réalisme.

 

Parmi ces technologies, l'Asynchronous Timewarp de l'Oculus Rift analyse les mouvements de la tête et modifie l'image avant même qu'elle ne soit émise. Elle réduit les temps de latence et permet de délivrer une image plus réaliste.
Parmi ces technologies, l’Asynchronous Timewarp de l’Oculus Rift analyse les mouvements de la tête et modifie l’image avant même qu’elle ne soit émise. Elle réduit les temps de latence et permet de délivrer une image plus réaliste.

 

Ainsi, lorsqu’elle est révélée par les équipements les plus performants, elle a la forme du réel sans l’être tout à fait… Et surtout, elle implique le corps humain mieux que n’importe quel dispositif : le joueur n’est plus un simple spectateur externe des images qui défilent sur un écran, mais un acteur qui participe de façon active à la transformation de l’environnement dans lequel il est immergé.

Il n’en fallait pas moins pour que les psychothérapeutes se saisissent des possibilités qu’elle offre : par sa capacité à simuler des situations réalistes, elle devient un outil idéal pour confronter les patients à leurs phobies. Pour quels domaines d’application ? L’anorexie, la schizophrénie, le vertige, la peur de tomber chez les personnes âgées, les troubles liés aux maladies neurologiques, l’agoraphobie… et même le tabagisme !

 

Se désensibiliser au stress grâce à la cyberpsychologie

En collaboration avec l’Institut des sciences du mouvement, l’AP-HM (Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille) a mené une grande étude sur l’efficacité de la technologie immersive dans le cadre de psychothérapies. Le docteur Eric Malbos, spécialiste des thérapies par exposition à la réalité virtuelle observe déjà les bienfaits du nouvel outil sur ses patients.

L’idée étant de perfectionner la méthode de désensibilisation, qui consiste à exposer progressivement le patient aux environnements qu’il redoute. Grâce à la réalité virtuelle, le patient atteint de phobie peut se confronter à ces environnements en s’immergeant dans des situations anxiogènes. Bénéficiant de la présence du thérapeute auprès de lui, ses réactions peuvent être évaluées et contrôlées, notamment par des techniques de relaxation. À terme, l’organisme s’habituera aux situations redoutées et aucune manifestation de stress ne devrait plus se déclencher dans la vraie vie.

 

Les premiers dispositifs de réalité virtuelle appliqués en psychothérapie.
Les premiers dispositifs de réalité virtuelle appliqués en psychothérapie.

En termes de relaxation, la réalité virtuelle présage aussi de bons résultats : plutôt que de se représenter mentalement des environnements apaisants, le patient pourra s’immerger dans un lieu qui a pour lui des résonances positives : coucher de soleil sur la plage, forêt, milieu aquatique… On imagine volontiers un logiciel qui permettrait à chacun de configurer son paradis idéal et de s’y plonger à tout moment.

 

Un paradis virtuel imaginé par le héros de Zero Theorem de Terry Gilliam.
Un paradis virtuel imaginé par le héros de Zero Theorem de Terry Gilliam.

The Walk de SmartVR Studio : l’expérience du vertige à même le sol

Ceux qui étaient présents au Web2day 2016 ont pu la tester : The Walk, l’expérience proposée par SmartVR Studio a de quoi faire frémir. Après s’être muni d’un casque et de capteurs aux pieds, le joueur se voit monter à bord d’un ascenseur jusqu’en haut d’un gratte-ciel. Une voix propose alors d’avancer sur une poutre de 20 centimètres de large.

Les testeurs sont unanimes : difficile de ne pas rester figé sur place, ou de parvenir à s’extraire, ne serait-ce qu’une seconde, de ce monde virtuel qui n’offre qu’une seule issue : la mort !

Ce genre d’expérience présage d’excellents résultats dans le cadre d’une thérapie contre la peur du vide. Mais que ceux qui ont le vertige se rassurent : en thérapie, on ne commencera jamais par une expérience VR aussi extrême !

 

Partager cet article

Thèmes associés

Santé Sciences

Lire ensuite