Aux limites de l’innovation

Contribuer à la recherche scientifique grâce à son PC

Saviez-vous qu’il était possible d’apporter sa pierre au grand édifice des découvertes scientifiques tout en restant derrière l’écran de son ordinateur ? Et nul besoin d’être docteur ou ingénieur : en laissant tourner un programme ou en jouant à un jeu, c’est possible aussi !

 

Cela ne fait plus aucun doute, la technologie avance à grand pas. Nos maisons sont devenues de vraies niches à objets connectés, smartphones et ordinateurs puissants. D’après la loi de Moore, nos ordinateurs ont connu en termes de puissance une évolution constante et homogène. Cette loi empirique théorisée par le cofondateur d’Intel prédisait que le nombre de transistors dans les microprocesseurs sur une puce de silicium se verrait doublé tous les deux ans.

Avec cette nette progression, la puissance de calcul des ordinateurs présent dans la plupart des maisons n’a rien à envier à celle d’y a 5 ou 10 ans. Mieux, cette puissance reste abordable. Aujourd’hui, des pratiques comme le jeu vidéo, l’utilisation de logiciels et l’encodage font partie du quotidien d’un grand nombre de personnes.

Mais la puissance de calcul de nos ordinateurs peut être mise à contribution pour des tâches différentes de celles qu’on lui demande habituellement. Certains scientifiques proposent de l’utiliser pour contribuer aux avancées de la recherche scientifique : médecine, l’exploration spatiale, l’écologie… Mais comment s’y prendre ?

 

Choisir un domaine de la recherche et laisser travailler son ordinateur avec BOINC

 

BOINC
BOINC

 

Vous n’aurez plus aucune raison de laisser votre ordinateur dormir ! BOINC est une plate-forme de calcul mise au point par l’Université de Berkeley (Californie). Elle prend la forme d’un programme qui permet de gérer un ou plusieurs projets de calcul distribué.

L’utilisation du logiciel est très simple et ne demande pas de compétences particulières si ce n’est un peu de curiosité. Une fois l’installation achevée, il est possible de participer à l’avancée du projet de recherche de son choix. Plusieurs projets peuvent être sélectionnés à la fois, comme la détection d’ondes gravitationnelles, l’élaboration de projections climatiques jusqu’en 2100, l’aide à la recherche sur certaines maladies… et la liste est longue !

Pour faire simple, votre ordinateur recevra des énoncés à résoudre, et une fois l’équation résolue les solutions seront envoyées par internet aux porteurs du projet choisi. Un ordinateur de bureau personnel mais aussi un smartphone peuvent être mis à contribution pour aider la recherche scientifique.

Le processeur va effectuer les calculs requis par le projet sans ralentir l’ordinateur pour autant : le logiciel est capable de s’adapter aux besoins de la machine. Il est ainsi tout à fait envisageable de suspendre une opération de calculs pour lancer un jeu vidéo qui demanderait plus de ressources pour fonctionner correctement.

 

Partir à la conquête de l’espace en jouant avec EVE ONLINE – PROJECT DISCOVERY

 

Sept exoplanètes qui ont une taille proche de celle de la terre ont récemment été découvertes. Si l’espoir de constater de la vie ailleurs que sur Terre prend de nouvelles dimensions, l’exploration spatiale requiert toutefois une grande quantité de calculs et d’observation qui peut prendre des années pour aboutir à un résultat.

Coïncidence ou non, CCP Games a décidé de participer à cette exploration astronomique dans le cadre du Project Discovery. L’éditeur s’est fait connaître par son très célèbre mmo spatial EVE Online, ce jeu sans but qui met l’accent sur le voyage et la liberté de chacun des joueurs de s’approprier ses règles. Comme l’explique son président, CCP a créé ainsi “un système d’exploitation pour un monde, un monde dont tous les objets peuvent être fabriqués et vendus sur un marché ouvert. On peut y former des corporations qui peuvent conquérir des territoires et s’affronter pour asseoir leur domination stratégique. Ça ressemble à un système qui peut être développé par 30 personnes. Ceux qui rejoindront le jeu après ça feront le reste.”

 

 

La nouvelle perspective du Project Discovery colle parfaitement avec l’état d’esprit de ce space opéra qui invite à la découverte d’un nouvel horizon spatial.

Dans le cadre de la première étude du projet en collaboration avec The Human Protein Atlas, les joueurs avaient à identifier des protéines humaines pour établir une base de données. Sous la forme d’un mini-jeu, les voyageurs de EVE avaient à identifier, trier et classifier différents échantillons cellulaires. Lorsque le joueur réussissait à obtenir un taux d’exactitude acceptable, celui-ci recevait une récompense.

Cette seconde étude du Project Discovery devrait fonctionner sur le même principe, bien que centrée sur la découverte de planètes en dehors de notre système solaire. Pour cette nouvelle recherche participative, CCP games s’est associé avec l’Université de Reykjavik, l’Université de Genève et le professeur émérite Mayor, connu pour avoir fait la découverte de la première exoplanète. Quant à la façon concrète dont les joueurs pourront contribuer à la recherche, elle sera probablement révélée à l’occasion du EVE Fanfest qui se tiendra du 6 au 8 avril à Reykjavik.

EVE ONLINE - PROJECT DISCOVERY
EVE ONLINE – PROJECT DISCOVERY

 

« Nous étions ravis du succès de notre premier pas dans le domaine scientifique, auquel les joueurs d’EVE ont contribué en enrichissant la base de données de Human Protein Atlas. Lors de notre recherche sur la prochaine contribution, les planètes se sont alignées pour que les joueurs puissent avoir l’opportunité de directement aider à la recherche de nouvelles planètes en compagnie d’une équipe scientifique de renom » s’enthousiasme Andie Nordgren, producteur du jeu.

Partager cet article