Aux limites de l’innovation

Comment Shakespeare utiliserait-il la technologie pour monter La Tempête ?

Dean Evans Technology Writer Twitter

Il y a un peu plus de 400 ans, William Shakespeare écrivait La Tempête, pièce largement considérée comme l’une de ses meilleures œuvres. En novembre, la Royal Shakespeare Company va jouer sa version la plus audacieuse de la pièce, la première avec un personnage animé (la nymphe Ariel) en direct sur la scène la plus connue de Stratford-upon-Avon.

Shakespeare a toujours voulu que La Tempête soit un spectacle.

« Cette pièce ambitieuse exige de beaux costumes, de la musique variée et l’utilisation appropriée d’accessoires et d’effets visuels », explique la RSC. Dans le Folio, les indications pour la scène d’ouverture annoncent « Des bruits de tonnerre et des éclairs pour la tempête signature de la pièce ».

S’il vivait encore, comment Shakespeare monterait-il La Tempête aujourd’hui ?

« La Tempête est la dernière pièce de Shakespeare », déclare Sarah Ellis, responsable du développement numérique de la RSC, « et 2016 marque le 400e anniversaire de sa mort. À la fin de cette année mémorable, il semble vraiment important que nous examinions non seulement le passé et le présent [de La Tempête], mais également le futur. »

Le directeur artistique Gregory Doran a donc lancé un défi à Sarah Ellis. Si Shakespeare vivait à notre époque, quelle technologie explorerait-il ? Encore plus important, à quoi ressemblerait une version 21e siècle de la pièce ?

Ellis a trouvé la vidéo d’une baleine volante.

« Sarah m’a envoyé la vidéo YouTube Leviathan », se souvient Doran à propos de la démonstration de réalité augmentée de Brian Krzanich, PDG d’Intel, au CES 2014. « Quand j’ai vu le Léviathan passer d’un écran à un autre puis, en apparence, traverser l’écran et nager au-dessus du public, je me suis dit que c’était ce que je voulais pour La Tempête. »

Ellis a contacté Intel puis, avec The Imaginarium, studio de tournage co-fondé par l’acteur Andy Serkis et Jonathan Cavendish, la RSC a commencé à explorer ce qui pourrait être technologiquement possible dans une production moderne.

« La Tempête exige du spectacle dès la première minute », affirme Gregory Doran. « Dans la première scène, elle pousse le public à imaginer qu’il se trouve sur un navire faisant naufrage en mer. Ensuite, un esprit [Ariel] flotte apparemment dans l’air, plonge et nage au fond de l’eau. »

La technologie Intel s’est avérée essentielle pour donner vie à la vision de la pièce de Doran.

Plus que cela, Ariel prend plusieurs formes fantastiques au cours de la pièce, y compris celle d’une harpie. « Pour ce personnage, nous utilisons une technologie de particules », révèle Doran « et créons un vol d’oiseaux, qui se rassemblent et se transforment en harpie. Jamais je n’aurais imaginé pouvoir employer ce type d’effet sur scène. »

Il ne s’agit que d’un des nombreux effets visuels stupéfiants que la collaboration entre la RSC, Intel et The Imaginarium apporte à cette production.

« Des compagnies jouent [la Tempête] depuis 400 ans », poursuit Tawny Schlieski, directrice de la recherche sur les PC de bureau chez Intel. « Ce fut le succès de l’été de Shakespeare et la pièce a toujours servi de véhicule aux nouvelles technologies avancées. Mais elle n’avait jamais intégré un personnage vraiment magique qui n’est pas humain. D’ailleurs, le texte n’a jamais indiqué qu’il s’agissait d’un humain. »

Malgré les énormes défis techniques et logistiques associés à l’usage de technologies informatiques de pointe sur scène, Gregory Doran est enthousiaste à propos de ce projet.

« J’ai vu de nombreuses représentations de La Tempête », a-t-il confié à IQ. « Mais aucune production ne m’a jamais vraiment coupé le souffle et ne m’a fait me demander comment ils avaient réalisé cet exploit. »

« J’espère que [cette production] attirera un nouveau public, qui ne souhaite pas se déplacer pour une pièce de Shakespeare, mais voudra assister à celle-ci. J’espère que cela se passera comme ça. Je pense que cette pièce pourrait initier certaines personnes à Shakespeare, mais également combler le désir de nouveauté et de divertissement spectaculaire. »

Note du rédacteur : Dans cette série Experience Amazing , iQ explore la façon dont la technologie informatique crée des expériences incroyables dans les domaines de la science, du mouvement des makers, de la mode, des sports et des loisirs. Pour en savoir plus, visitez la page Experience Amazing.

Partager cet article

Thèmes associés

Divertissement

Lire ensuite