Aux limites de l’innovation

1, rue Sésame stimule l’intelligence par le rire

Kevin Ohannessian Author, Kill Screen

L’humour est une notion subjective. Pour les enfants, des cookies sortis du four suffisent parfois.

« Placez Macaron le glouton devant une assiette de cookies et faites-lui dire ‘Oh non ! Moi pas supposé manger ces cookies ! Moi avoir besoin de votre aide !’ Cette situation vraiment drôle n’exige pas beaucoup d’exposition », déclare Miles Ludwig, directeur général du Content Innovation Lab chez Sesame Workshop.

« Les enfants comprennent immédiatement que Macaron le glouton a besoin d’eux. »

Le laboratoire de Miles Ludwig représente la partie numérique de 1 rue Sésame. Il développe des contenus ludo-éducatifs utilisés en ligne et dans plusieurs applications conçues pour apprendre en s’amusant.

Au cours des décennies, 1 rue Sésame a évolué avec la technologie, de l’arrivée des téléviseurs dans les foyers aux PC et tablettes, pour continuer à toucher et influencer des générations de jeunes enfants.

sesame-street-sparks-intelligence-by-hitting-the-funny-bone_2

« L’Innovation Lab a été fondé pour tester les technologies émergentes », poursuit Miles. « Nous ne nous intéressons pas aux technologies dont tout le monde parle. Nous tentons de déterminer si une technologie va devenir omniprésente dans le temps, et donc accessible aux enfants dans toutes les couches de la société. »

Éduquer les enfants en les divertissant passe généralement par l’humour. Il s’agit parfois d’un personnage drôle auquel l’enfant s’attache, comme Macaron le glouton ou Elmo, ou encore d’une situation absurde qui attire l’attention des enfants et les pousse à continuer à jouer.

Pour Miles Ludwig, « il est essentiel de trouver le bon équilibre entre divertissement et éducation. Dans la majorité des cas, les enfants vont choisir 1 rue Sésame pour ses aspects amusants, parfois pour des raisons éducatives. » Le directeur explique que les spectateurs aiment maîtriser les choses, même au plus jeune âge.

sesame-street-sparks-intelligence-by-hitting-the-funny-bone_3

« Heureusement, nous nous appuyons sur l’histoire, la magie de nos personnages et thèmes pour aider les enfants à comprendre le fonctionnement du monde de façon vraiment amusante et, peut-être de façon inconsciente, leur donner le goût d’apprendre. »

Miles ajoute que lorsque les contenus sont créés de façon très organique, la limite entre divertissement et éducation est très poreuse.

« Le succès de nombreux jeux vidéo pour adultes tels qu’Assassin’s Creed s’explique par le fait qu’ils impliquent ces deux facteurs et apportent un autre niveau de récompense. »

Parmi les outils que l’Innovation Lab a adopté, on trouve notamment la tablette et sa mobilité. L’appli Sesame Street Family Play aide les parents à divertir, éduquer et jouer avec leurs enfants.

« Un parent peut expliquer à l’appli qu’il se trouve avec son fils de moins de 7 ans sous un abri dans le parc et qu’il pleut, qu’il a trois gobelets et deux parapluies. L’application fabriquera alors un jeu pour que tout le monde puisse jouer à cet endroit et à cet instant précis », poursuit M. Ludwig.

Miles Ludwig explique que cette appli a pour objectif de décoller les familles des écrans pour créer du temps de qualité ensemble.

sesame-street-sparks-intelligence-by-hitting-the-funny-bone_4

Le directeur estime que l’adoption des tablettes par le grand public offre au Lab un plus vaste accès aux enfants, où qu’ils se trouvent.

« Nous devons être présents partout où se trouvent les enfants, tout en exploitant les plates-formes qu’ils utilisent. Nous devons par exemple être en mesure de créer des expériences adaptées au siège arrière d’une voiture. »

L’organisation à but non lucratif Sesame Workshop collabore avec des startups sur des projets de recherche pour les aider à innover.

Par exemple, le Content Innovation Lab a travaillé avec Toytalk, startup basée à San Francisco qui a commercialisé plusieurs applis (telles que SpeakorTreat et SpeakaZoo) qui utilisent la reconnaissance vocale pour contrôler des personnages. Ces logiciels s’adressent à des enfants plus âgés, mais le labo les teste pour créer des expériences dans lesquelles les plus petits peuvent parler aux personnages de 1, rue Sésame.

Quelle que soit la technologie ou quel que soit le partenaire, Miles Ludwig et le Content Innovation Lab tentent de trouver le moyen le plus efficace et le plus amusant de faire réfléchir et rire les enfants.

« Le rire est un aspect fondamental des échanges avec les enfants. Il se trouve au cœur de Sésame », conclut Miles.

Il est persuadé que rire rend les enfants plus intelligents, plus forts et plus respectueux.

« Quand un lien est établi dans le cerveau entre des expériences positives, joyeuses et l’apprentissage, cela reste présent tout au long de la vie. »

Partager cet article

Thèmes associés

Style de vie

Lire ensuite